Brigitte, femme aux deux visages

Elles sont deux, elles sont auteures, compositrices et interprètes, le nom de leur groupe s’appelle Brigitte, tout simplement. Depuis dix ans, elles abordent ensemble la musique à travers la pop, le rock et même le disco, et leur voix à l’unisson font les arrangements. Elles manient les jeux de mots et s’amusent à écrire des textes à double sens. Nues, leur troisième album, sorti en 2017, est déjà disque d’or, et elles sont actuellement en tournée dans toute la France, et le 19 juin à Londres. Elles feront cinq soirées à l’Olympia en mai, et trois dates de concert sont prévues à la salle Pleyel en décembre. L’ECHO Magazine a posé quelques questions à Aurélie Saada -sans Sylvie Hoarau.

Comment se fabrique l’écriture des textes et la composition de la musique à quatre mains ? Vous vous êtes mise au piano aussi ?

On se nourrit de mots, de jeux de mots, de tout ça, oui… On écrit à quatre mains, parfois ensemble. On trouve un angle de vue. Pour ce CD, ça a été différent, parce que je suis partie à Los Angeles pendant un an, et j’ai beaucoup écrit dans la solitude de la Californie. Et parfois le silence est fécond. Quand on est loin de sa famille, de ses amis, il y a des choses qui remontent. Sylvie est venue, je lui ai montré mes textes, on a beaucoup parlé. C’est mon amie, on s’aime, on s’adore… On a chacune notre personnalité, et on connaît l’urgence de l’autre de dire les choses. On est une association. On est différentes, mais ensemble.

Le piano, c’est un nouveau jouet pour moi. Je joue même sur scène.

Dans votre CD Nues, avez-vous voulu rendre un hommage aux femmes, aux enfants ? Avez-vous une chanson préférée ?

Nues, c’est un album intime qui parle de nos racines, de l’amour. On se connecte avec nos émotions. Palladium, par exemple, c’est l’amitié entre les femmes ; Mon intime étranger parle du père, absent, et Le goût du sel de tes larmes, des enfants… J’aime toutes les chansons comme mes propres enfants, je ne peux pas choisir entre mes enfants !

Qu’attendez-vous de votre tournée et surtout de votre concert à Londres ? Est-ce que ce sera le même spectacle ? Chanterez-vous en anglais ?

Alors, cette troisième tournée est extraordinaire. Pour la première tournée, le public ne nous connaissait pas du tout, c’était une découverte pour lui, comme pour nous. Pendant la deuxième tournée, il y avait des personnes qui revenaient nous voir, c’était très émouvant. Aujourd’hui, on retrouve le public, qui revient nous voir, encore et encore. Il nous connaît, c’est très chaleureux. C’est comme si on retrouvait notre famille.

Sylvie et moi venons souvent pour un week-end à Londres, j’ai un amour fou des expositions, de la façon dont elles sont agencées. Pour nous, le concert dans cette ville sera une première. Peut-être le public des Français de Londres nous aura déjà vues en France, pour les autres, ce sera une découverte…

 

Propos recueillis par Marie-Blanche Camps

Quote : Différentes mais ensemble