Ce qui frappe dès les premières secondes du film, c’est le silence de la ville, le calme de la plage de Dunkerque et la quasi-absence de dialogues. Il fait beau ; nous sommes fin mai, début juin. Puis vient le bruit assourdissant des tirs et des bombardements. La musique grandiose de Hans Zimmer accompagne, telle une symphonie macabre, le bruit infernal de la bataille de Dunkerque en 1940 et l’évacuation par la mer de 340 000 soldats britanniques et français acculés par l’armée ennemie. Le rythme musical bat la chamade comme le cœur du jeune soldat anonyme, acteur et témoin des évènements tout au long du film ; le son des violons accompagne la folle course des brancardiers ; le destroyer bombardé fait naufrage au rythme du bruit assourdissant d’une locomotive… Les images sont bleues et grises, comme les uniformes, la terre et l’eau. Le sang n’est pas montré, mais la couleur explose avec le feu. Les quatre éléments crèvent l’écran, la bataille fait rage dans la ville, sur la jetée et dans les airs. « The mole, one week ; The sea, one day ; The air, one hour » : Christopher Nolan montre avec force dans cet épisode de la seconde guerre mondiale la réalité de la stupidité du conflit armé, qui détruit tout sur son passage, les maisons, les bateaux, les avions et les hommes. Beaucoup ont perdu la vie, d’autres leur esprit. L’espoir en l’humanité arrive avec le Moonstone, l’un des 700 petits navires anglais venus en renfort évacuer les soldats. À son bord, un père et son fils, qui grandira à toute allure…

Nolan a dédié son film à tous ceux dont la vie a été impactée par la bataille de Dunkerque. En cette période de Brexit, le film Dunkirk nous rappelle amèrement que l’Union européenne a été créée dans le but de mettre fin aux guerres qui ont ensanglanté le continent, et qui ont culminé avec la Seconde guerre mondiale. Il touchera également le jeune public qui réalisera que les soldats partaient à la guerre dès leur dix-huitième printemps. La musique de Get lucky des Daft Punk a bien été jouée par la fanfare interarmées lors de la cérémonie du 14 juillet, pour toucher les jeunes Français…

Marie-Blanche Camps

 

Dunkirk (2017) de Christopher Nolan