jean Vanier fondateur de l'Arche

Après Mère Teresa (dont il était ami), frère Roger, Chiara Lubich, le Dalaï Lama ou Desmond Tutu, Jean Vanier a reçu le Prix Templeton 2015 le 11 mars 2015 à la British Academy à Londres.

Créé par le milliardaire américain devenu citoyen britannique Sir John Templeton, le prix honore chaque année une personne, de son vivant, qui a contribué de manière exceptionnelle à promouvoir la dimension spirituelle de la vie.
D’un montant de £1.1 million, c’est l’un des prix les plus importants accordés à un particulier, d’une valeur monétaire plus élevée que celle des prix Nobel. John Templeton était convaincu que les découvertes qui éclairent les questions spirituelles ont plus d’effets que les découvertes scientifiques. Parmi les membres du jury de cette année figurait Matthieu Ricard.
Jean Vanier, né à Genève de parents canadiens, a d’abord été officier de marine dans la Royal Navy en Angleterre puis dans la Marine royale canadienne, avant d’obtenir un doctorat de philosophie à Paris. Il crée la Communauté de l’Arche à Trosly, en France, en 1964. Nommée l’Arche « en référence à l’Arche de Noé qui a sauvé la famille humaine des eaux, la communauté veut prendre à bord les personnes avec un handicap mental, si vite noyées dans les eaux de nos sociétés compétitives». Y vivent et travaillent des personnes avec ou sans déficience intellectuelle dans un respect mutuel. Aujourd’hui, L’Arche est un réseau international de 146 communautés dans 35 pays, dont 11 au Royaume-Uni (Londres, Canterbury, Belfast, Edinburgh,… et bientôt une douzième à Flintshire au Nord du Pays de Galles). Jean Vanier vit toujours à Trosly.
Auteur de 35 livres traduits en 29 langues, dont le magnifique Toute personne est une histoire sacrée (chez Plon), Jean Vanier continue, à 87 ans, de parcourir le monde pour œuvrer, en donnant des conférences et des retraites, au dialogue et à la paix à travers l’unité entre les différentes religions.
Dans son discours de remerciement, Jean Vanier nous a alertés sur le fait que nous vivons souvent en petits groupes avec des personnes qui nous ressemblent. Nous construisons des murs autour de nous, qui nous empêchent d’aller à la rencontre des personnes différentes. Nous pouvons briser ces murs si nous allons à la rencontre de l’autre, si nous le regardons, l’écoutons, le soignons.
Jean Vanier croit profondément que « les personnes avec un handicap mental sont souvent plus douées que les autres sur le plan du cœur et de la relation ». Il nous a encouragés à éveiller et développer nos qualités humaines profondes cachées derrière nos besoins superficiels de pouvoir et de succès : « L’amour, c’est révéler à l’autre qu’il est précieux ».
Pendant la conférence de presse annonçant son prix, ce grand monsieur a parlé inlassablement de paix et d’amour. J’ai pu lui dire toute mon admiration lors de l’échange d’une belle poignée de main.

Marie-Blanche Camps