L’artiste sud-coréenne investit tout l’espace de la Hayward Gallery (y compris les toilettes et les murs extérieurs). Le commissaire de l’exposition, Stephanie Rosenthal, a collaboré pendant trois ans avec l’artiste pour présenter « un nouveau paysage ».  Comment sculpter la société à travers l’architecture ? Comment présenter le paysage d’une ville, un paysage de peau ? Car le corps humain est présent depuis toujours dans les installations de Lee Bul, née en 1964 à Séoul, qui réalisait des performances vêtue de costumes à l’aspect tentaculaire, dans un pays en pleines réformes démocratiques. L’exposition Crashing navigue entre l’architecture utopiste, la dystopie,  la science-fiction et l’histoire des idées du XXe siècle avec les œuvres et installations qui jalonnent la carrière de Lee Bul depuis le début des années 80.

Du 30 mai au 19 août 2018, tous les jours sauf le mardi de 11h à 19h (21h le jeudi)

Hayward Gallery, Southbank Centre, Belvedere Road, SE1