Selon l’Organisation mondiale de la santé, « en 2050, la moitié de la population mondiale sera myope. »

« On ne voit bien qu’avec le cœur. L’essentiel est invisible pour les yeux », disait au Petit Prince le renard de Saint Exupéry. En 2018, l’avenir de nos yeux n’est pas tout rose. En une génération, le nombre d’enfants myopes a doublé. Selon l’OMS, d’ici une trentaine d’années, 5 milliards de terriens, dont 1/3 de jeunes Européens, seront myopes. Pour y voir plus clair sur cette prévision alarmante, L’ECHO Magazine a rencontré à La Maison Médicale, le Dr Lepvrier-Chomette, médecin ophtalmologiste.

Dr Lepvrier-Chomette : La myopie est une déformation irréversible du globe oculaire. Les images lointaines se forment en avant de la rétine, et apparaissent floues. Cette altération de la vision peut commencer dès l’enfance, progresser plus ou moins rapidement et gêner les apprentissages. Si les tendances actuelles se poursuivent, la prévalence de la myopie et de ses complications (cataracte, glaucome, décollement de la rétine, voire cécité s’il s’agit d’une myopie forte) va atteindre un niveau épidémique.

Pourquoi cette augmentation ?              

La génétique joue un rôle mais n’explique pas tout. Cette progression est en grande partie liée à des facteurs environnementaux : l’évolution de nos styles de vie et la modification de l’activité visuelle des jeunes. Nos enfants doivent supporter l’énorme pression de la réussite scolaire : longues journées d’école, cours de soutien, soirées consacrées aux devoirs et à des travaux « de précision », comme la lecture ou l’écriture. Ils utilisent de plus en plus tôt, et à une plus forte cadence, les écrans d’ordinateur, de console, de télévision, de téléphone…, ce qui sollicite de manière excessive leur vision de près. Or, ceci favorise l’éclosion et l’évolution de la myopie. Ils passent de moins en moins de temps à l’extérieur, à la lumière naturelle. Or, la lumière solaire a un effet protecteur. Elle stimule la sécrétion d’une hormone, la dopamine, qui régule la croissance du globe oculaire. Avec cette dérégulation, il pourrait s’allonger de manière excessive conduisant à un certain degré de myopie.

Avec l’allongement des années d’études et l’urbanisation qui rétrécit l’horizon, le taux de myopie a considérablement augmenté. En Asie de l’Est, 80 à 90 % des lycéens sont myopes. Dans une moindre mesure, la même tendance s’observe aux Etats-Unis et en Europe.

Et quid de la lumière bleue ?

LED, écrans d’ordinateur et autres appareils numériques émettent de grandes quantités de lumière bleue, dont l’exposition cumulée pourrait être nocive pour la rétine des enfants et responsables de fatigue oculaire et de troubles du sommeil.

Les myopes sont-ils condamnés à plisser les yeux pour voir de loin ? Vont-ils devoir s’accommoder du look geek de Woody Allen, John Lennon, Gandhi ou Harry Potter avec des verres de plus en plus épais ?

La myopie est facilement corrigée par le port de lunettes (aujourd’hui devenues accessoires tendance), de lentilles ou par des interventions chirurgicales de la cornée. Quand elle est stabilisée, vers 20-25 ans, le laser donne d’excellents résultats mais il a un coût. L’orthokérathologie propose aussi de porter la nuit des lentilles rigides qui remodèlent la courbure de la cornée ; au retrait des lentilles le matin, la vue est nette toute la journée. C’est une des options à considérer pour ralentir l’évolution de la myopie chez les enfants.

Léo : Paragraphe ci-dessous à mettre en valeur graphiquement STP, en guise de conclusion/conseil

Que faire ?

On emmène les enfants pour un contrôle systématique à 4-5 ans, et on continue le dépistage tous les 2-3 ans. Quand on travaille, on fait une pause toutes les 20 minutes, pour fixer pendant 20 secondes, un point à 20 mètres de distance. On lève le nez pour le mettre dehors au moins 2 heures par jour… même s’il pleut ! Des mesures simples et holistiques qui vont vous changer la vue et la vie !

Propos recueillis par Francine Joyce

Pour en savoir plus : www.delepvrierchomette.com