| Dr Emma Gardette | Août 2020 |

 

L’acné est un motif très fréquent de consultation en dermatologie. Elle est la première pathologie dermatologique chez l’adolescent mais touche aussi fréquemment l’adulte, notamment la femme. L’acné a souvent un impact majeur sur la confiance en soi et la qualité de vie, donc il est important de consulter un dermatologue pour trouver le traitement adapté.

 

acné

 

Qu’est-ce que l’acné et pourquoi apparaît-elle ?

Il s’agit d’une dermatose caractérisée par la présence de comédons (points noirs et points blancs) et de lésions inflammatoires comme des pustules ou boutons rouges. Elle touche le visage mais parfois aussi le torse et le haut du dos. L’acné commence en général à la puberté sous l’effet des hormones sexuelles (androgènes) qui stimulent les glandes sébacées. Les pores de la peau se bouchent sous l’effet de l’hypersébacée et de la kératinisation des follicules pileux, ce qui aboutit à la formation des comédons. Il se développe aussi une colonisation de la peau par une bactérie pro-inflammatoire appelée Cutibacterium acnes.

 

Quelles sont les solutions ?

Il existe aujourd’hui un arsenal thérapeutique assez large détaillé ci-dessous, et le traitement dépendra de la situation de chaque patient et de la gravité de l’acné. Dans tous les cas, les traitements ne sont pas curatifs (sauf l’isotrétinoïne) et nécessitent la motivation du patient et son implication quotidienne pour appliquer les soins.

 

  1. Traitements locaux (crèmes, lotions, gels)

On peut d’abord tenter des gammes cosmétiques sans ordonnance spécialement adaptées pour l’acné. Maintenant quasiment tous les laboratoires français de dermo-cosmétique proposent des produits de bonne qualité qui suffisent en général pour l’acné légère ou débutante de l’adolescent.

Si la réponse est insuffisante, on passe alors aux crèmes sur prescription. Les produits que l’on utilise sont :

  • Les rétinoïdes : trétinoïne ou adapalène
  • Le peroxide de benzoyle, qui est souvent associé aux rétinoïdes
  • L’acide azélaïque

On évite maintenant les antibiotiques par voie locale car ils sont inefficaces, interfèrent avec le microbiome de la peau et induisent des résistances bactériennes.

Attention, les crèmes ne marchent que si elles sont appliquées régulièrement. L’effet secondaire est en général la sècheresse et l’irritation de la peau, surtout en début de traitement, mais cela est évitable si les produits sont appliqués correctement et en parallèle d’une crème hydratante adaptée non grasse.

 

  1. Antibiotiques oraux

On prescrit en général la famille des cyclines (doxycycline ou tétracycline) qui a des propriétés anti-inflammatoires. On les prescrit sur une durée maximale de 3 ou 4 mois donc ce n’est jamais un traitement à long terme. Au-delà, l’efficacité est non prouvée et il existe un risque accru de développer des résistances bactériennes potentiellement dangereuses pour la santé.

 

  1. Isotrétinoïne (Roaccutane/Accutane/Curacné/Procuta)

Il s’agit du traitement le plus « radical » et que l’on réserve en 2e ou 3e intention après échec des crèmes et antibiotiques, ou alors en première intention lorsque l’acné est sévère et laisse des cicatrices. C’est le seul traitement qui n’est pas suspensif et dont l’effet persiste à long terme après l’arrêt du traitement. La liste d’effets secondaires effraie souvent certains patients. Mais c’est un traitement utilisé depuis plus de 30 ans que l’on maitrise bien, et pour la grande majorité des patients, il est très bien toléré. L’effet secondaire le plus fréquent est la sécheresse de la peau et des muqueuses, avec une sensibilité accrue de la peau au soleil.

Le médicament induit des malformations sévères des fœtus chez les femmes enceintes donc les conditions de prescription sont strictement encadrées pour les jeunes filles et femmes en âge de procréer. On recommande deux moyens de contraception différents (par exemple : pilule ou implant systématiquement associé au préservatif) et nécessite une consultation mensuelle chez le dermatologue pour réaliser un test de grossesse.

 

  1. Traitements hormonaux chez la femme 

L’acné est liée à sensibilité accrue à la testostérone circulante chez la femme. Si l’acné est associée à des règles irrégulières ou un hirsutisme (pilosité anormalement développée chez la femme), il faut consulter son gynécologue pour le dépistage de problèmes hormonaux tel que le syndrome des ovaires polykystiques.

Lorsqu’une patiente demande une contraception, une pilule combinant œstrogène et progestérone peut être proposée, à discuter avec son gynécologue ou médecin traitant pour vérifier l’absence de contre-indication. Attention, toutes les pilules ne conviennent pas dans l’acné et il vaut mieux éviter les implants ou pilules ne contenant que des progestatifs. Et on préfèrera les progestatifs comme le levonorgestrel ou le norgestimate dans les pilules combinées.

En cas de problèmes hormonaux, on utilise aussi la spironolactone qui est un traitement anti-hypertenseur que l’on utilise à petite dose dans l’acné pour ses propriétés anti-androgéniques. Ce n’est pas un contraceptif et il peut quand même être prescrit en cas de contre-indication ou d’intolérance à la pilule.

 

  1. Autres solutions

Des peelings chimiques superficiels (en général à base d’acide glycolique ou salicylique) peuvent être utiles pour l’acné légère à modérée. Le laser ou diverses lampes/ lumière LED bleue ou rouge sont aussi utilisés mais il n’y a pas de preuve scientifique de leur utilité donc ces traitements ne peuvent être vraiment recommandés pour le moment. Par contre, le traitement par laser sera très utile pour le traitement des cicatrices une fois l’acné sous contrôle (en général après une cure d’isotrétinoïne).

 

  1. Que puis-je faire de mon côté ?

Voici quelques conseils pour le soin quotidien de la peau :

  • Laver le visage matin et soir avec un nettoyant adapté, ne pas utiliser de savon de Marseille ou autre produit trop agressif pour la peau
  • Ne jamais appliquer de corps gras comme de l’huile
  • Le maquillage est autorisé mais éviter les poudres et préférer des fonds de teint fluides non comédogènes
  • Ne pas gratter ou tenter de percer les boutons et appliquer une protection solaire le matin, ce qui limitera le risque de marques.

 

  1. L’alimentation est-elle en cause ?

L’acné n’est pas liée à l’alimentation mais certains aliments peuvent être pro-inflammatoires et aggraver l’acné. Les produits laitiers ainsi que les protéines extraites du lait (whey) sont notamment en cause.  Il faut aussi éviter les produits très sucrés et les pics de glycémie. On recommande une alimentation équilibrée notamment le fameux régime méditerranéen.

Certains compléments alimentaires comme des suppléments de zinc (Gluconate de zinc 30mg par jour) pendant 3 mois ou une cure de probiotiques peuvent être utiles.

 

Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site http://www.acnesupport.org.uk/ ou les fiches information pour les patients sur l’acné et l’isotrétinoïne de la British Association of Dermatologists http://www.bad.org.uk/

 

Dr Emma Gardette
The Medical Chambers Kensington – La Clinique Francaise

 

Comment deviendras-tu un adulte, mon enfant ?