| Julie Paquet | Mai 2020 |

 

Fermé pour la première fois depuis la seconde guerre mondiale, le zoo de Londres a dû s’adapter dans l’urgence pour pouvoir continuer à assurer des soins aux animaux. Les logements touristiques du parc animalier sont désormais occupés par neuf soigneurs qui ont décidé de se confiner sur place.

 

 

Les portes du zoo de Londres sont fermées aux visiteurs depuis le début de l’épidémie en Angleterre, mais les soigneurs s’activent toujours à l’intérieur. Covid ou non, les 18 000 animaux doivent continuer à être nourris et soignés.

 

Des soigneurs vivent désormais dans le zoo de Londres

Alors que les déplacements doivent être limités et que le métro est partiellement fermé, certains soigneurs ont décidé de se confiner avec les animaux dans le zoo.

La plupart des personnes travaillant au zoo font désormais du covoiturage ou se déplacent à vélo pour réduire le trafic routier à travers la ville. Les lodges, les logements présents sur le parc qui sont d’ordinaire utilisés par les visiteurs désireux de passer la nuit sur le site, sont en ce moment utilisés comme logements temporaires pour les soigneurs qui rencontrent des difficultés à se rendre au zoo”, explique Tara Humphrey, soigneuse.

Le lodges, ce sont ces bungalows où les visiteurs peuvent, pour près de trois-cent livres, passer une nuit au milieu des animaux. Les soigneurs qui y vivent depuis plusieurs semaines, et selon Tara Humphrey, les conditions de distanciation sociales continuent à y être respectées.  “Nous nous portons bien, nous vivons au cœur des 14 hectares du zoo, et nous sommes entourés des animaux que nous adorons.”

C’est aussi l’occasion pour les soigneurs de partager leurs journaux de confinement…. peu communs !

 

 

Continuer à stimuler les animaux en l’absence des visiteurs

“Parmi nos résidents, tous ne semblent pas s’être rendu compte du changement” plaisante Tara Humphrey

les lions asiatiques, par exemples, paressent au soleil et semblent préférer se rouler dans l’herbe au milieu des pistes aux odeurs parfumées et épicées que les soigneurs ont installés pour les garder stimulés : ils adorent le parfum de cardamome !” 

Mais pour les autres espèces, l’ennui se fait sentir : “ Nous nous relayons à tour de rôle pour aller rendre visite aux chèvres naines du zoo des enfants. Elles ont un constant besoin d’attention ! Tous les jours elles attendent impatiemment près de la porte que les visiteurs viennent leur caresser les oreilles, nous faisons de notre mieux pour combler ce manque.” 

 

Solidarité avec le NHS

En plus de la grande bannière en soutien à la NHS dressée sur la façade de l’abri des girafes le zoo fait de son mieux pour aider le personnel soignant. “Notre grand parking est désormais réservé au personnel de le NHS travaillant aux hôpitaux voisins (UCLH et Portlands Hospitals)” a déclaré la PDG du zoo, Kathryn England. “De plus, toute la nourriture périssable de nos lieux de restauration a immédiatement été emballée pour être apportée aux travailleurs essentiels

 

 

Un appel aux dons pour pallier le manques de revenus

Le Zoological Society of London assure continuer à s’occuper au mieux des animaux pendant le confinement, mais les conséquences économiques du lockdown pèsent sur le parc.

La directrice Kathelyn England a donc décidé d’en appeler aux dons face à la situation critique : “Nous sommes une association et nous dépendons des entrées des visiteurs et des dons pour continuer notre travail de préservation de la vie sauvage. Nous avons bien conscience que cette période est difficile pour tous, et nous avons lancé une plateforme de collecte de dons pour que les amoureux des animaux puissent nous venir en aide : www.zsl.org/donate.” 

 

Julie Paquet

 

L'ECHO Magazine : newsletter et abonnement !

Inscrivez-vous à notre newsletter : https://www.lechomagazine.uk/newsletter-echo-magazine/

Abonnez-vous au magazine : https://www.lechomagazine.uk/abonnement/