Boudoir & Chapel, une exposition d’Etienne Clément

« Nous vivons tous dans le monde tel que nous l’imaginons, tel que nous le créons. » Andrei Tarkovsky.

 

En matière de jeu créatif, il existe deux types d’enfants. Ceux qui construisent des structures, qu’il s’agisse de tours complexes dans leur esprit ou de structures avec Meccano, et ceux qui construisent des histoires; non pas que les deux s’excluent mutuellement, mais en jeu, ils se polarisent souvent. Le théâtre de l’enfant, un intérieur en carton souvent réalisé sous la forme d’un livre pop-up, devient l’espace non architectural par excellence, entrailles sans aucune structure architectonique. Tout est habillé et sans cadre, alors que la tour Meccano est l’essence de l’intégrité rationalisée avec peu d’espace pour l’humanité. Ceci est bien sûr une dichotomie inacceptable. Les œuvres à la fois séduisantes mais complexes de Etienne Clément tissent ces deux types de jeux. Le drame formel de l’architecture vient à bout des allégories personnelles et politiques de ses récits play-mobile-esque. Ils détonnent, quand Clément le souhaite, puis se fondent de manière délicate quand il veut attirer le spectateur dans une communion plus étroite.

Etienne Clément est un raconteur. Les ingrédients de ses récits sont à la fois des faits et des fictions. Cela lui permet d’inventer des histoires, de « créer » des légendes à l’endroit de son choix.

Il construit des récits en associant des événements historiques solides et vérifiés ou des thèmes mythologiques ou bibliques avec des inventions pure et simple. Le résultat, une nouvelle histoire où les frontières factuelles / fictives sont floues.

Ses œuvres explorent le légendaire, créant des récits qui ne sont jamais entièrement crus par le spectateur, mais ne sont en aucun cas résolument doutés. Ils examinent l’état d’incertitude suspendu.

Visuellement, ils déplacent le spectateur, perturbant ainsi sa perception du « réel » ou de l’ « irréel », de la « mis en scène » ou de la  « non-mis en scène ». Ses théâtres deviennent un lieu de construction libre, un lieu de jeu et un lieu d’expérimentation. Ses tableaux soigneusement construits fournissent des points de référence sélectifs au monde réel, empêchant de plus en plus les téléspectateurs de comprendre leur position dans ce monde, créant ainsi un sentiment déplacé de certitude.

Des figurines miniatures habitent les tableaux de Clément. La plupart sont en plastique, le sex-appeal du plastique mélangé à son pathétique éphémère. Cependant, une fois que les figures sont agrandies et extraites de leur symbolique, de leur sens générique et de leur place au centre du mélodrame, un changement se produit. De leur masse produite l’absurdité, via la profondeur de leur surface, émerge une certaine profondeur. Pierres de touche du désir contemporain, les figurines des œuvres de Clément vous invitent à interroger la hiérarchie de la vérité qui s’applique à tous les récits, objets et lieux.

Plus récemment, Etienne Clément a cherché à présenter son travail comme tableau vivant en utilisant des interprètes pour reconstituer ses récits de décors miniatures.

Les œuvres de Clément ont été largement exposées au Royaume-Uni, au BALTIC Center for Contemporary Art, à Gateshead, dans le Jerwood Space, au Bloomberg’s ArtFutures, à l’Architectural Association, à la RIBA Gallery, au Geffrye Museum et au V&A Museum of Childhood à Londres. Il a également exposé à la galerie Magda Danysz à Paris. Il a montré des œuvres à la Printmakers Gallery Edinburgh aux côtés de Chapman Brothers, Damien Hirst et Andy Warhol. Etienne Clément est né à Paris et a étudié à la Sorbonne et à l’École du Louvre. Il a remporté le prix du photographe d’architecture européen de l’année 1997.

Il est artiste membre de la Société d’art contemporain (CAS). Il vit et travaille à Londres.

 


 

Boudoir & Chapel
une exposition d’Etienne Clément
du 18 mai au 30 juin 2019

Les Fêtes Galantes de London Fields
23 London lane, London E8 3PR
de 8h à midi du mercredi au vendredi
de 11h à 17h le week-end

http://www.etienneclement.com/