| Joséphine Baigneres, 14 ans, Prix du jeune journaliste 2020, Ecole Jeannine Manuel London | Avril 2020 |

 

Change We Can - Joséphine Baigneres

 

Tous les jours depuis plus d’un an, les plateformes médiatiques annoncent une fin du monde imminente et présentent des statistiques et des faits scientifiques sur le réchauffement climatique, à tel point que l’on ne sait plus où tourner la tête et quelle source croire. Mais, il ressort de ces articles une évidence : la terre est en train de se réchauffer et il faut intervenir au plus vite pour renverser ce changement climatique.

 

En Angleterre, petits et grands l’ont compris, il faut agir maintenant

Inspirés par la militante pour le climat suédoise Greta Thunberg, les étudiants préoccupés par l’avenir de la planète demandent au gouvernement de prendre des mesures contre le réchauffement climatique. En effet, dans le cadre du mouvement “Fridays for Future” mis en place par Greta Thunberg, ceux-ci s’absentent de l’école pour une journée de protestation et appeler le gouvernement à prendre des mesures pour enrayer le réchauffement climatique. Le vendredi 27 septembre, en Angleterre, plus de 300 000 manifestants se sont mobilisés ce jour-là pour faire grève contre le climat. Dans les rues résonnait l’écho des voix qui scandaient des slogans « Hey hey, ho ho, climate change has got to go ! » ou encore « We are unstoppable, another world is possible ».

Julia R, élève de 3eme à Londres nous explique qu’elle a décidé de prendre part à ces manifestations puisqu’elle se demande comme Greta Thunberg : « Pourquoi devrais-je étudier pour un futur qui n’existera bientôt plus ? »

 

Il n’y a pas d’âge pour se faire entendre

Des « Greta Thunberg » anglaises sont également apparues au cours de ces dernières années comme les sœurs Ella et Caitlin McEwan âgées de 7 et 9 ans qui ont lancé une pétition pour demander aux géants de la restauration rapide de cesser de mettre des jouets en plastique dans les repas pour enfants. À la suite de cette pétition, Burger King a annoncé qu’il ne distribuerait plus de jouets en plastique, sauvant jusqu’à 320 tonnes de plastique par an. Les jeunes filles ont pour objectif futur de convaincre à son tour McDonald’s d’arrêter la distribution de jouets en plastique.

 

Et le gouvernement dans tout ça ?

Le gouvernement britannique a également compris qu’il fallait agir. Pour cela, le maire de Londres, Sadiq Khan a instauré en 2019, la première zone à émissions ultra faibles au monde. L’objectif de cette zone est de réduire la pollution et d’améliorer la qualité de l’air à Londres en introduisant une redevance pour les véhicules qui ne respectent pas les normes d’émissions de gaz d’échappement pour encourager les Londoniens à prendre les transports en commun.

La zone a été introduite en avril 2019 et a entraîné une réduction de 20 % des émissions de CO2 dès juillet 2019. Il y a depuis, environ 11 000 véhicules en moins par jour qui circulent dans le centre de la capitale. Mais le gouvernement britannique ne s’arrête pas là, suivant un nouveau plan gouvernemental contre le changement climatique, le Royaume-Uni est devenu la première grande économie à s’engager à diminuer ses émissions de carbones pour atteindre un objectif de zéro émission nette d’ici 2050.

 

Comment contribuer à sa façon à préserver notre planète ?

Les anglais se mobilisent aussi à une plus petite échelle en essayant de réduire l’empreinte de carbone produite par leurs foyers comme Mme Rishuedo, professeure d’histoire-géographie en Angleterre :

« Je suis végétarienne depuis longtemps et j’ai réduit ma consommation de produits laitiers. J’essaye de diminuer mon utilisation de plastique à la maison (shampooing, emballages). J’utilise également des contenants réutilisables pour le café et l’eau. J’ai des produits frais livrés une fois par semaine qui viennent dans une boîte en carton que l’on peut réutiliser. Il s’agit principalement de produits britanniques, soutenant les agriculteurs locaux. »

 

La responsabilité de chacun

Et pour ceux qui hésitent à sauter le pas pour vivre de façon à respecter l’environnement, Mme Rishuedo les encourage :

« Je pense que chacun a la responsabilité de vivre de manière plus durable, cela n’a pas besoin d’être coûteux et chaque petite contribution compte. C’est autant ma responsabilité que celle d’autrui de faire face aux problèmes que le réchauffement climatique nous pose. »

 

Joséphine Baigneres

 

Les résultats du concours du Jeune Journaliste 2020 de L’ECHO Magazine

https://www.lechomagazine.uk/les-resultats-du-concours-du-jeune-journaliste-2020/

 

L'ECHO Magazine : newsletter et abonnement !

Inscrivez-vous à notre newsletter : https://www.lechomagazine.uk/newsletter-echo-magazine/

Abonnez-vous au magazine : https://www.lechomagazine.uk/abonnement/