| Violaine-Patricia Galbert | Janvier 2019 |

 

 

Les femmes d’aujourd’hui se confrontent à une triple exigence : se réaliser en tant que femme, être une partenaire au sein du couple et être une mère exemplaire tout en menant une carrière professionnelle réussie.
Comment faire des choix qui permettent de trouver un équilibre harmonieux ?
Il convient tout d’abord de distinguer les choix qui relèvent de votre décision personnelle de ceux qui concernent le groupe.

 

Les choix personnels

Les choix personnels et professionnels ne nécessitent que votre accord. Vous êtes libre de décider pour vous-même. Avec la mise en couple, le « Nous » a tendance à réduire la part de votre « Je » et quand les enfants arrivent dans la famille, vous vous oubliez et votre « Je » devient atrophié. Il va donc vous falloir lutter contre vous-même pour préserver vos choix personnels.

Faire des choix pour soi, une nécessité vitale

Sur le long terme, il est impossible à tout être humain de se sacrifier, de s’oublier au profit des autres. Pour maintenir une bonne estime de soi, une confiance en soi et un épanouissement personnel, il faut faire vivre le « Je ». Il vous faut accepter de passer en premier, pour maintenir votre survie psychique, sinon frustration et la colère sont inévitables.

La difficulté de choisir

Devant l’étendue des possibles, bien souvent c’est la paralysie. Il va vous falloir résister à la tentation de vouloir tout faire.
Face à l’immensité des choix à accomplir, il est aussi probable que vous vous retrouviez à ne rien faire du tout, dépassée par les événements. Mais ne pas choisir est un choix : celui de subir et d’être victime des situations qui se présentent.
Choisir ce sont des risques : renoncer à toutes les autres solutions et ceci sans attendre que quelque chose de mieux se présente, accepter de se tromper et de changer d’avis, accepter d’échouer pour mieux s’y prendre la prochaine fois.

Comment faire ses choix ?

Faire la liste de tout ce que vous aimeriez faire sans restrictions y compris vos rêves les plus fous dans tous les domaines de votre vie (ne pas s’auto-limiter).
Classez vos envies par ordre de priorité de un à trois.

  1. Prioritaire : désir vital qui ne peut attendre et qui doit absolument être réalisé
  2. Différé : désir important qui peut être reporté, réalisé ultérieurement
  3. Peu important : désir qui peut être éventuellement abandonné sans dommages pour vous.
Ensuite, classez vos choix dans le temps, et suivant les opportunités.

Posez-vous la question de savoir si le choix que vous allez faire repose sur une occasion unique ou au contraire si cela va se reproduire dans votre vie ? Si vous pouvez y renoncer temporairement et reporter à plus tard parce que ce n’est pas le bon moment pour vous. (C’est, par exemple, l’envie de suivre une formation alors que vous avez des enfants en bas âge.)

Ne vous limitez pas dans le temps, il n’est jamais trop tard pour s’accomplir et s’offrir plusieurs vies.

Le seul frein, c’est votre volonté propre. Si vous reportez un de vos choix, n’oubliez pas de vous fixer un délai dans le temps et de vous y tenir, de vous respecter, de ne pas vous faire de fausses promesses.

Vous pouvez aussi faire un bilan des coûts et avantages que vous retireriez de votre décision.

 

Les choix communs

Les choix communs concernent le couple, la famille. Chaque membre donne son avis. Face au choix commun, la principale difficulté en tant que femme est de faire valoir ses droits dans la négociation et d’être fidèle à ses choix individuels.

Être fidèle à ses choix

Vous avez des droits équivalents à ceux de votre conjoint ou de vos enfants. C’est à vous de veiller à ne pas retomber dans la répartition traditionnelle des rôles dans le couple et la famille. Votre principal ennemi, c’est vous-même.

Face à la force du « Nous », il va  falloir défendre vos choix, les expliquer. Il n’est pas sûr que vous recueilliez l’approbation de vos proches qui visent surtout leur confort individuel. N’abdiquez pas, vos proches finiront par respecter vos choix et les accepter.

Enfin, souvenez-vous que tout ce qui vous concerne personnellement ne regarde que vous à condition que vous ne nuisiez pas au couple et à la famille.

Faire valoir ses droits

Difficile de modifier la représentation psychique et sociale du rôle traditionnel de la femme. Quoi que vous fassiez, il reste toujours l’idée que c’est vous la femme qui devez vous adapter aux nécessités du couple et de la famille. Osez remettre en cause cette répartition des rôles qui ne repose que sur l’Histoire.

Soyez stratégique plutôt que d’affronter le problème de front, commencez par faire des choix qui n’ont pas trop d’incidence sur la vie du couple ou de la famille. Puis, vos proches habitués, procédez progressivement aux changements afin de respecter vos choix personnels.

Acceptez de négocier et faites preuve de créativité et d’innovation pour proposer une nouvelle organisation à la maison. Le secret, pour vous, est de conclure des choix  « gagnante/gagnants ».

Des choix différents suivant les différentes périodes de votre vie

Les choix que vous faites ne sont pas immuables et changent suivant l’évolution de votre vie. Si vous venez de rencontrer votre conjoint, il est nécessaire que vous consacriez du temps au « Nous » pour permettre la construction du couple ; de même en présence de jeunes enfants, la part qui leur est consacrée est plus importante que quand ceux-ci ont atteint l’âge de la maturité.

Il y a deux périodes de vie où une femme est plus en capacité de faire des choix personnels puisque les tâches communes sont moins importantes : avant la mise en couple et la période où les enfants sont enfin autonomes. Ces deux périodes-là sont donc extrêmement favorables à un changement de vie.

 

Comment respecter ses choix ?

Une fois d’accord sur les choix communs, mettez en place des mesures pour gérer les obligations incontournables. Gérer votre temps est un outil de base pour respecter vos choix.

Au niveau familial

Apprendre à partager les tâches est une compétence à mettre en place en famille. Chacun, quelque soit son âge, peut donner un coup de main : les tout-petits sont assez vite capables de mettre leur linge sale dans le panier réservé à cet effet.

Pour cela, faites une liste de toutes les tâches obligatoires pour faire fonctionner la maison. Déléguez, éduquez, responsabilisez chaque membre de la famille en fonction de son âge et de ses compétences.

Vous n’êtes pas corvéable à merci, même si vous ne travaillez pas. Si vous l’êtes, c’est que vous l’avez choisi.

Vos exigences devront être revues à la baisse et vous aurez à vivre la frustration de devoir limiter votre investissement de fée du logis pour dégager du temps pour vous.

Créez un groupe familial sur WhatsApp pour communiquer rapidement et gérer les urgences : vous devez pouvoir compter sur vos proches.

Au niveau personnel

Vous allez devoir apprendre à vous organiser et à gérer votre temps de manière optimale. Identifiez les obligations qui découlent de vos choix personnels de celles qui découlent de votre vie familiale. Si il y a des chevauchements, osez faire passer prioritairement vos choix personnels.

Faites la liste de toutes les ressources qui peuvent vous aider dans vos différentes tâches et appelez à l’aide en cas de besoin. Soyez claire et faites des demandes directes, explicites. Prévoyez du temps pour vous ressourcer, pour ne rien faire, pour juste Être. Pratiquez la politique des petits pas et définissez vos objectifs de la journée de manière raisonnable, réalisable et tenez-vous-y. Accueillez les imprévus avec bienveillance et avec des plans B en réserve.

Enfin, acceptez de laisser chacun se débrouiller. Laissez chacun endosser la responsabilité de ses actes.

Au niveau du travail 

Acceptez de n’être là pour personne quand vous êtes au travail. Vous êtes d’abord une professionnelle et les petits tracas du quotidien n’ont pas à interférer avec votre métier.

Aménagez votre temps de travail ; pensez au télé-travail, au travail à temps partiel, au travail par mission.

C’est qualité du temps passé avec vos proches qui prime.

Pour savoir si vous avez fait les bons choix, posez-vous régulièrement la question suivante : ai-je veillé à l’équilibre de mes besoins personnels, de ceux du couple, de ceux de la famille et de ceux de mon travail ou de mon temps libre? Acceptez de vivre un équilibre dans le déséquilibre en fonction de vos obligations et vos priorités.

Le bilan se fait donc sur la ligne du temps : vous avez le droit de faire des essais, de changer d’avis si cette répartition des choix ne vous convient plus ou encore vous frustre trop.

Vous êtes responsable de votre vie. Si vous n’êtes pas heureuse, ayez le courage et la force de changez vos choix de vie car vous seule êtes le maître de votre destin.

 

Violaine-Patricia Galbert
Conseillère Conjugale et Familiale
vp@galbert-counselling.com
www.galbert-counselling.com