| Violaine-Patricia GALBERT | Février 2021 |

 

Fermeture des écoles : les enfants sont de nouveau à la maison. Râler, se lamenter, s’énerver ne sert à rien, c’est un fait, vous n’y pouvez rien et mieux vaut vous organiser pour ne pas y laisser votre peau.

 

L’école à la maison

 

L’adaptation au rythme scolaire

À vous de bouleverser votre emploi du temps pour dégager du temps pour faire l’école à la maison. C’est un sacrifice au niveau du temps : vie de couple réduite, moins de temps à consacrer à vous-même et surtout ne faire que l’essentiel, l’urgent. Il vous faut revoir à la baisse vos attentes, vos exigences.

 

Vérifiez que vous êtes bien équipés pour faire la classe

Trouvez un lieu calme où vous pourrez réunir et surveiller tous les enfants en même temps. Laisser chacun dans sa chambre, surtout les plus grands est tentant mais vous serez plus efficace en un lieu unique.

Enfin, petit rappel des indispensables : une bonne connexion internet, une imprimante. Pour les plus grands, un ordinateur et un casque audio par enfant si possible.

 

Appliquer les mêmes règles qu’à l’école

Les règles de l’école s’appliquent aussi chez vous.

Des horaires fixes même si les petits n’ont qu’une connexion par jour et la liberté de faire leur travail à n’importe quel moment de la journée. Choisissez le matin lorsque les esprits sont encore vifs.

En silence ! Les enfants restent assis, ne se lèvent pas sans permission. Pas de nourriture ou de boisson, pas de portable. Ceci s’applique aussi à vous :  donnez l’exemple.

Respectez des séances de 45 minutes, ce qui correspond à la durée maximale d’attention pour des adultes !!!

La pause d’une durée de 15 minutes fait partie intégrante de l’école à la maison pour les enfants, et pour vous aussi. Cela permet de se détendre, de souffler un peu.

La reprise du travail se fait la plupart du temps sur une autre matière. À vous de varier suffisamment les sujets pour monopoliser l’attention, favoriser l’intérêt et éviter l’ennui, la fatigue.

Ayez une confiance limitée en la capacité de vos enfants à travailler tout seuls sans contrôle. Vous devez vérifier les apprentissages, les devoirs.

Pensez à favorisez l’entraide entre les enfants, les plus grands aidant les plus petits à faire leurs devoirs.

Complimentez, encouragez, soutenez vos enfants lorsque vous faites l’école à la maison. Vos enfants ont besoin de cette énergie positive pour progresser.

L’école, c’est aussi des punitions connues de tous à l’avance en cas de non respect des règles.

Rappelez-vous que c’est vous qui dirigez l’école ; Il est de votre responsabilité que tous vos enfants puissent étudier dans les meilleures conditions. En cas de désobéissance, de contestation, appliquez sans tarder les sanctions prévues.

 

 Vous transformer en professeur

Analysez ce qui s’est passé lors de votre premier confinement sans école : ce qui a marché pour le répliquer ; ce qui n’a pas marché et pourquoi, afin de ne pas réitérer la même erreur.

Partagez avec votre conjoint (si vous pouvez) la surcharge de travail, la fonction de professeur ou bien les tâches ménagères. Néanmoins ne rêvez pas trop, le partage est inégal : par définition, les femmes vont prendre plus de choses à leur charge et mettre plus facilement leur travail en sourdine.

Soyez stratégique : commencez par les matières dans laquelle vos enfants réussissent le mieux. Fort de leur réussite et d’une estime d’eux-mêmes regonflée, ils seront plus à même de surmonter les difficultés rencontrées dans d’autres matières.

Lisez les consignes, les devoirs donnés par les enseignants pour vous assurer que vous avez bien compris les devoirs demandés et établissez le planning de la semaine.

Avant d’enseigner, préparez-vous, évacuez le stress, lâchez vos autres préoccupations. N’oubliez pas de prendre du plaisir à enseigner à vos enfants.

 

Ne négligez pas les aides

Trop souvent vous aurez tendance à vouloir vous débrouiller tout seul et à oublier que la meilleure aide est celle du professeur lui-même. Restez en contact directement avec lui.

Montez un groupe de parents qui ont des enfants dans la même classe pour vous entraider.

Pensez que l’étudiant, qui donne des cours à vos enfants, peut aussi vous seconder pour faire classe si vous ne pouvez pas. Faites également appel à des tuteurs.

 

Vous et vos ambitions

En tant que parent, vous allez être parasité par votre égo lorsque vous chercherez à enseigner quelque chose à votre enfant. Lâchez votre désir de perfection, la compétition, la comparaison avec les autres parents. Vous ne serez jamais le professeur parfait et vos enfants, les élèves parfaits qui ont de supers résultats.

N’exigez pas trop de vous-même, arrêtez de vous mettre la pression, ce n’est pas grave si tous les exercices ne sont pas terminés, si un jour vous n’avez pas fait la classe. Acceptez les imprévus. Ne vous demandez pas en ce temps exceptionnel que tout soit parfait dans votre maison. Baissez votre taux d’exigence, revoyez vos objectifs de réussite pour vos enfants à la baisse.

Enfin, pensez à vous féliciter pour assumer cette nouvelle tâche d’enseignant en plus de vos occupations habituelles.

 

Au secours, je craque !!!

Vous craquez ?! C’est souvent le résultat de votre insatisfaction, de votre impuissance à obtenir de vos enfants ce que vous souhaitez ou encore le résultat de votre épuisement. Pour que cela n’arrive pas, prenez le soin de vous reposer le week-end, de lever le pied, et arrêtez d’être aussi exigent avec vous-même et avec les autres. Quand ça dérape, que vous vous énervez ou encore que vos enfants n’obéissent plus, qu’ils pleurent… Arrêtez tout immédiatement.

Que chacun retourne dans sa chambre y compris vous-même pour que tout le monde puisse retrouver ses esprits.

Après le retour au calme de tous, reprenez l’école avec une autre activité ou matière.

Rappelez-vous qu’aucun apprentissage ne peut se faire dans la violence. La violence verbale (insultes, mots orduriers), la violence psychologique (menaces, dénigrements, moqueries, bouderies), la violence physique (gifles, fessées, coups) sont interdites par la loi.

Une fois que les enfants sont couchés, prenez un temps pour vous, pour analyser ce qui vous a mis hors de vous et pourquoi. Regardez ce qui en vous est touché : votre égo, votre autorité, votre estime de vous, votre rôle de parent. Voyez si cette situation ne vous rappelle pas quelque chose de votre propre enfance.

Après avoir disjoncté, faites la paix avec vous-même, pardonnez-vous.

Si la culpabilité vous envahit, parlez-en à votre conjoint(e) ou appelez votre meilleur ami(e), videz votre sac et déculpabilisez. Si nécessaire, allez voir vos enfants pour vous excuser.

 

Faire l’école à la maison est une situation exceptionnelle que vous n’avez pas choisie. Enseignant n’est pas votre métier et vous faites du mieux que vous pouvez. Le plus important, c’est tout l’amour que vous transmettez à vos enfants. Il y a fort à parier que, dans quelques années, vous garderez de bons souvenirs de cette incroyable aventure de parents.

 

Violaine-Patricia GalbertViolaine-Patricia GALBERT
Conseillère conjugale et familiale
www.galbert-counselling.com

 

 

 

Le couple face à l’épreuve des parents âgés

L’art de la dispute au sein du couple

 

(Visited 8 times, 8 visits today)