| Olivier Bertin | Décembre 2020 |

 

La gentrification de Brixton a été fulgurante dans les années 2000. Voici un bref historique du quartier depuis la période victorienne.

 

Brixton

Pop Brixton. Crédit photo : Olivier Bertin

 

Un centre commerçant middle class dès la période victorienne

Comme pour une grande partie de Londres, la période victorienne a marqué l’essor de Brixton. La construction de zones résidentielles a démarré dans les années 1860, juste après l’arrivée du train. Le quartier est très rapidement devenu le principal centre commercial du sud de Londres : Le Bon Marché a ouvert ses portes en 1877, puis, 3 ans plus tard, Morleys, un autre grand magasin. Electric Avenue (rendue célèbre par la chanson d’Eddy Grant) a été la première rue commerçante de Londres à avoir un éclairage électrique. À la fin du 19ème siècle Brixton était un quartier très middle class.

 

Brixton attire des catégories plus populaires au début du 20ème siècle

À partir du début du 20ème siècle, la sociologie du quartier a évolué. Attirées par l’activité commerçante du quartier, des catégories plus populaires se sont installées. Dans les années 20, le marché de Brixton, qui existait déjà dans Atlantic Road, s’est développé vers ce qu’on nomme maintenant Brixton Village.

 

L’après-guerre : Windrush

1948 a été marqué par le début de l’immigration jamaïcaine : le navire Empire Windrush arrive de Jamaïque avec 492 passagers. Temporairement installés à Clapham, cette première vague d’immigration s’est très rapidement déplacée vers Brixton, où se trouvait le Labour Exchange le plus proche (le Pôle Emploi de l’époque).

Une grande partie de Brixton a été détruite pendant la seconde guerre mondiale. Des logements sociaux ont remplacé les habitations victoriennes et ont pu accueillir davantage d’immigrés, venus des Caraïbes mais aussi d’Irlande.

 

Les émeutes de 1981

Le Royaume-Uni a subi une forte récession au début des années 80. Cette récession a aggravé les problèmes auxquels étaient déjà confrontés les communautés afro-caribéennes de Brixton : chômage, criminalité, insalubrité des logements et racisme. Alors que le chômage touchait en moyenne 13 % de la population du quartier, plus de 50% des jeunes noirs étaient sans emploi.

En avril 1981, Pour faire face à une criminalité particulièrement importante, le gouvernement britannique conduit par Margaret Thatcher a multiplié les opérations policières. Des violences commises par la police envers un jeune noir ont été l’élément déclencheur des émeutes qui ont très rapidement enflammé le quartier.

Pendant presque 20 ans, Brixton a été stigmatisé suite aux émeutes de 1981.

 

Depuis la fin des années 90 : la gentrification de Brixton

En 1997, Tony Blair devient premier ministre, le contexte économique au Royaume-Uni s’améliore, une forte immigration européenne arrive à Londres et le marché immobilier dans la capitale commence à s’emballer. Brixton profite de cette vague de prospérité.

De plus en plus d’Européens s‘installent à Brixton. Les nouvelles générations de Britanniques, qui n’ont pas été marquées par les émeutes de 1981, sont attirées par des prix de l’immobilier plus abordables que dans d’autres quartiers de la Zone 2 de Londres. Dans les années 2000, le quartier de Brixton devient réputé pour sa vie nocturne et ses bars branchés. Depuis 2011, le marché de Brixton (Brixton Village et Brixton Arcades) a converti l’essentiel de ses boutiques en petits restaurants. Brixton Village est devenu une attraction touristique mentionnée dans tous les guides.

À noter : un nouveau théâtre, Brixton House, est en construction et devrait ouvrir ses portes en 2021 : le processus de gentrification continue sur le plan culturel !

 

Olivier Bertin
(Brixtonien depuis 1994)

 

the clashPop & Rock : Brixton Academy, The Clash

Brixton est célèbre pour sa prestigieuse scène Pop & Rock. Le Brixton Academy, un ancien cinéma reconverti en salle de concerts en 1981, a accueilli The Clash pour un de ses premiers concerts.
Leur titre “Guns of Brixton” date de 1979 et annonce peut-être les émeutes de 1981. Son compositeur, le bassiste Paul Simonon, a grandi à Brixton. Il parle de la répression policière et du ressentiment des jeunes noirs de Brixton.

Depuis, Eric Clapton, Dire Straits, The Police, Wham, Culture Club, The Smiths, Madonna, Iron Maiden, Bob Dylan, The Sex Pistols, Prince et bien d’autres se sont produits au Brixton Academy.

 

Les bonnes adresses de Brixton

Les restaurants de Brixton se sont multipliés ces dix dernières années. Les touristes et les londoniens des autres quartiers de Londres se pressent dans Brixton Village pour le Saturday lunch. Vous trouverez les adresses suivantes sur l’annuaire géolocalisé de L’ECHO Magazine : https://www.lechomagazine.uk/annuaire-geolocalise/

  • La crêperie Senzala propose des galettes au sarrasin. Même si le propriétaire est brésilien, la farine et le cidre brut bio sont importés de Bretagne. Je vous conseille une table à l’extérieur dans le marché couvert pour vous immerger dans l’ambiance de Brixton Village.
  • Katakata, une autre crêperie. Katakata signifie en camerounais « être créatif ». Ce restaurant porte bien son nom. Smoothies et galettes au sarrasin végétariennes dans une ambiance tropicale.
  • Kao Sarn est un restaurant thaïlandais. Cuisine authentique de Bangkok ! Les jours ensoleillés, vous pouvez aussi vous installer dans la cour de Brixton Village.
  • Champagne + Fromage. Le nom est suffisamment explicite ! Il y a quelques années, les manifestants anti-gentrification en avait fait le symbole de leur lutte. Un des manifestants m’avait dit “At least they could have called it Cheese and bubbles
  • Naughty Piglets. Un excellent restaurant / bistro et bar à vin cité dans le guide Michelin.
  • O Cantinho De Portugal. Un restaurant portugais. Vous pourrez déguster de la Bacalhau com nata (Morue à la crème) et du porc aux palourdes. Le quartier portugais s’est établi dans l’axe Brixton-Stockwwell-Vauxhall.
  • The Clink. Situé dans la prison de Brixton, ce restaurant forme les prisonniers aux métiers de la restauration. Pour franchir les portes du pénitencier, il faudra réserver et montrer patte blanche. Vous devrez laisser votre téléphone et tout objet coupant à l’entrée. En déjeunant au The Clink, vous aurez une expérience unique et participerez à la réinsertion des prisonniers avec lesquels vous pourrez discuter.
  • Pop Brixton est un ensemble de bars et de petits restaurants intégrés dans un assemblage de containers. Sympa et branché. Vous vous sentirez d’autant plus dans votre élément que vous n’aurez pas dépassé la trentaine.

 

Sources :

 

(Visited 1 times, 1 visits today)