L’ECHO Magazine a fêté ses 35 ans. Fidèle à son esprit d’origine – apolitique, indépendant et laïc – le magazine des francophones et des francophiles de Londres, et du Royaume-Uni, a gagné en notoriété depuis sa création. Il a su grandir et évoluer au fil des ans, s’adapter aux modes et aux attentes de son lectorat, principalement les familles des enfants scolarisés dans les établissements du système d’enseignement français à Londres.

 

L’ECHO Magazine, c’était au début le journal d’une association de volontaires. Des parents du Lycée Français Charles Gaulle donnaient de leur temps pour rédiger quelques pages porteuses de nouvelles pouvant intéresser la communauté de l’établissement. Avec le temps, le journal a pris de l’ampleur puis s’est détaché du Lycée, a acquis son indépendance.

 

En 2017, L’ECHO Magazine a changé de statut et a ajouté Ltd a son nom. Toujours sans but lucratif, sans actionnaires non plus, le journal devenu magazine avec le temps, a continué de développer son aura.

 

En octobre 2018, après 12 années au service du magazine, Marie-Blanche Camps a cédé la rédaction à Cécile Faure épaulée d’un nouveau directoire (Olivier Bertin, Hélène Guild et Cécile Faure). L’occasion fut saisie de redéfinir la charte éditoriale, de revisiter le format papier du magazine et de lui donner une véritable vitrine internet.

 

De nouveaux partenariats ont été développés avec les acteurs de la vie des français du Royaume-Uni – établissements scolaires, institutions pour la promotion de la culture française à l’étranger, librairies, etc… Grace à l’engagement et au talent de nos contributeurs, de l’ensemble de toute l’équipe peu économe de son temps pro bono, le lectorat de L’ECHO Magazine s’est étendu, tout comme sa reconnaissance par les milieux professionnels.

 

À partir mai 2020 le magazine a été expédié directement depuis chez l’imprimeur sous enveloppe en amidon de pomme de terre, produit recyclable et plus léger. Notre empreinte carbone en fut d’autant plus réduite que nous avons cessé les allers-retours de camions entre les lieux d’impression et de mise sous plis, de distribution de cartons et d’expédition du courrier, etc.

 

En juin 2021, après une période tumultueuse pour tous, entre Brexit et Covid, L’ECHO Magazine, jeune et fringuant trentenaire, espérait s’engager sur une nouvelle voie de son histoire. Face à l’augmentation des coûts (prix de la pâte à papier et des frais d’acheminement) et aux contraintes liées à la réduction des budgets publicitaires de nos annonceurs, nous avions pris la décision de cesser notre activité papier et de nous concentrer sur le développement de nos publications numériques.

 

Malheureusement, il est apparu au fil des mois que L’ECHO Magazine n’avait de raison d’être que dans ce format papier qui plaisait tant à nos lecteurs et à nos contributeurs. Dans l’incapacité financière de relancer une activité viable avec de véritables perspectives de développement, une décision collégiale unanime a été prise par les membres du Directoire le 24 septembre 2021 de cesser l’activité de L’ECHO magazine.

 

Le site web de L‘ECHO Magazine restera ouvert quelques temps permettant ainsi à nos lecteurs de lire encore ces articles qui ont fait la réputation de notre publication. Nos comptes Instagram, Twitter et Facebook sont désormais fermés.