| Eléonore Pironneau | Mars 2019 |

Dame Vivienne Westwood, London, 2012 © Martin Parr / Magnum Photos / Rocket Gallery

Faisons un jeu : et si l’on prétendait que l’on ne sait pas qui est le sujet du portrait ci-contre, ni le photographe ? Avant de lire le reste de l’article je vous invite à regarder longuement cette image et à préter attention à vos réactions.

Cette photographie montre une femme dans des toilettes, debout face à la caméra, une main sur la hanche.

Avant de parler de l’identité du personnage photographié regardons comment les éléments de la composition, dans leur contenu comme dans leur forme, sont porteurs de sens.

Sur le plan formel il apparaît que toutes les parties de cette image sont nettes et bien lisibles (pas d’utilisation du flou). La lumière et l’harmonie colorée sont douces – mise à part la couleur « dissonante » de la chevelure qui réveille la tonalité uniforme de l’image. Le cadrage apparaît comme un peu « désinvolte » : le photographe aurait pu cadrer la photo de manière à exclure la poubelle mais il a choisi d’en laisser une petite partie comme s’il ignorait simplement ce détail.

Cette femme est habillée de manière provocante en regard des standards sociaux habituels : vêtue d’un caleçon d’homme recouvert tout juste d’un vieux collant elle ne cherche en rien à le camoufler avec le tee-shirt, bien au contraire… Elle ne cherche pas non plus à camoufler les marques du temps sur son corps. Ce constat ainsi que sa posture – droite, posée, fière ou altière peut-être, regardant de manière directe la caméra – démontre un caractère assuré. Elle a une allure de reine dans une tenue que certains pourraient juger faite de bric et de broc mais qu’elle semble considérer comme parfaitement appropriée. Le choix de son T-shirt imprimé d’un « Climate Revolution » révèle une attitude d’activiste au fait des problèmes du monde ainsi qu’une identité de femme révoltée.

L’angle de vue : une légère contre-plongée. C’est l’angle adéquat des portraits de personnages importants qui par conséquent dominent le regardeur.

La colonne des 4 rouleaux de papier toilette fait écho à la verticalité du personnage (l’aspect masculin) et à sa posture légèrement déhanchée (l’aspect féminin). Cette posture évoque une des poses typiques des mannequins. Ses sandales sont les chaussures des reines d’aujourd’hui : provocatrices et branchées ! D’ailleurs la langue française nous permet de suggérer qu’elle est dans la salle du trône… En effet, la photo est prise dans des toilettes, ce qui est un endroit improbable pour un portrait posé ! Cette transgression ajoute à la sensation que cette personne se moque du qu’en-dira-t-on et choisit la liberté d’expression.

Deux autres détails intéressants : le fil rouge derrière sa tête pourrait être vu comme un fil qui la relie à un “en haut”, ou comme le fil d’une marionnette, ou bien les deux: une marionnette animée par une force supérieure… Le sèche-main fait écho au concept de climate revolution, prêt à souffler un air chaud symbole des problèmes climatiques auxquels nous faisons face. Le nom de la marque Xcelerator évoque de manière tristement ironique l’accélération de la dégradation de l’équilibre climatique.

Dans le portrait historique ou religieux la personnalité du modèle, sa fonction ou son rôle sont souvent représentés par des « emblèmes » ou des « attributs ». Les attributs de ce personnage célèbre sont ses sandales, son maquillage, ses cheveux jaunes et son allure post-punk. Les emblèmes de sa lutte : le sèche-main et le T-shirt…

Cette personne c’est Dame Vivienne Westwood, artiste, styliste, entrepreneur et activiste, une femme qui met sa renommée et sa liberté de parole au service de causes qui nous concernent tous : le climat, l’éducation, la protection des libertés et des droits humains.

Le photographe c’est Martin Parr, un artiste à l’oeil affuté qui sait montrer les attributs d’une culture et en particulier la britishness de la société britannique. Dans ce magnifique portrait il a su saisir la personnalité de Vivienne Westwood et lui permettre d’affirmer à la fois sa vulnérabilité, sa force et sa liberté.

 

Eléonore Pironneau
www.eleonorepironneau.com

 

Dame Vivienne Westwood’s website and blog : http://climaterevolution.co.uk/

Only Human: Martin Parr, National Portrait Gallery , 7 Mars – 27 Mai 2019

du au
ical Google outlook A la une Arts et Culture