| Bérangère Hassenforder | Avril 2019 |

 

Avec près de 1 704 milliards d’euros d’épargne placés en Assurance-Vie en novembre 2018*, cette dernière demeure le placement favori des français !

Que l’on soit résident en France ou en Grande-Bretagne, selon la situation de chacun, l’Assurance-Vie peut être une solution efficace de placement à moyen ou à long terme. Toutefois, il faut être vigilant sur le choix de la compagnie d’assurance, car une fois déterminé, il ne sera plus possible d’en changer à moins de résilier le contrat et donc, le placement.

 

 

Comment choisir sa compagnie d’Assurance-Vie ?

Il est tout d’abord essentiel, pour un résident fiscal britannique, de ne considérer que les compagnies d’assurance proposant un contrat compatible avec le droit britannique. En effet, la fiscalité pour un résident fiscal en Grande-Bretagne, en cas de rachat partiel ou total d’un contrat d’assurance-vie, est différente de celle applicable aux résidents fiscaux français. Pour bénéficier des possibilités d’optimisation fiscales en Grande-Bretagne, ce que permet le contrat Off-shore Bond, il faut s’assurer que celui-ci soit reconnu en droit anglais.

Mais seules certaines compagnies basées au Luxembourg et en Irlande offrent ce type de contrat. Par dérogation, certaines compagnies d’assurances en France pourront également accepter un souscripteur résident en France, mais leur contrat ne sera pas pour autant compatible avec le droit britannique.

 

Un autre critère de choix essentiel sera celui des supports d’investissement proposés.

Il s’agit alors de répondre au mieux au souhait de l’épargnant et de ces objectifs d’investissement. Ainsi, il est important de déterminer avant tout la monnaie dans laquelle le contrat sera investi. Les compagnies du Luxembourg permettent d’opter pour une variété de devises, laissant alors à l’épargnant toute la flexibilité sur la date de conversion d’une monnaie à l’autre. Les devises proposées diffèrent d’une compagnie à l’autre, mais globalement on trouvera l’Euro, l’US Dollar, le British Pound et éventuellement, le Franc suisse.
Les solutions d’investissement peuvent aussi se répartir sur deux types de supports. On distingue le fonds Euro garanti, pour les investisseurs en Euros, et les Unités de Comptes.

En France, les fonds Euro garantis représentent 85 % des placements en Assurance-Vie, d’où une confusion fréquente entre Assurance-Vie et fonds Euro Garanti.

Les Fonds Euro Garantis constituent une exception française proposée par les compagnies d’assurances. Nés à la fin des années 70 et au début des années 80, les Fonds Euro Garantis sont construits autour de la baisse des taux.

Chaque compagnie gère son Fonds Euro et établit une Réserve de Capitalisation composée de revenus en réserve et de plus-values latentes, qui agissent comme un amortisseur permettant aux assureurs-vie de stabiliser le rendement de leur fonds.

Ils sont composés pour environ 80% d’actif obligataires et ont accumulé des plus-values obligataires qui sont à l’origine de la distribution d’un taux de rendement nettement supérieur à l’inflation. Les épargnants en assurance-vie se sont enrichis sans effort et ont pleinement profité de la baisse des taux d’intérêt, tout en disposant d’une épargne garantie et sans risque.

Mais la faiblesse actuelle des rendements des actifs obligataires, tout comme la disponibilité totale des capitaux à tout moment, interdisent un rendement attrayant dans un contexte de remontée ou même de stabilité des taux d’intérêt.

Ce placement phare, dont les rendements ont été en moyenne de 1.8 % en 2017 alors que l’inflation est proche de 2 % en France, n’est donc plus un bon placement pour les épargnants qui souhaitent l’utiliser pour placer leur épargne à long terme.

Certaines compagnies d’assurance basées au Luxembourg proposent un accès à leur fonds Euro français. Toutefois, par mesure d’équité vis-à-vis de leurs anciens souscripteurs, ces compagnies d’assurances n’acceptent plus de souscription à 100 % dans leur fonds garanti.

L’alternative consiste à investir dans des fonds en Unités de compte, qui ont l’avantage d’offrir une plus grande diversité d’actifs et de répondre plus précisément aux souhaits d’investissement de chacun. En effet, l’épargne peut être placée sur différents supports afin de cibler par exemple, les actions d’une zone géographique, un secteur d’activité particulier ou encore des obligations d’un type déterminé. Cette décision s’effectue en fonction du profil de risque du souscripteur, qui peut alors bénéficier d’un potentiel de hausse plus important, il faut toutefois noter qu’il ne bénéficiera d’aucune garantie de capital.

Chaque compagnie d’assurance basée au Luxembourg proposera une offre plus ou moins profonde en Unités de compte dans les différentes devises du contrat.

Pour un investissement sur le moyen terme, soit environ 5 ans, il est important d’avoir la flexibilité de suivre les marchés et de faire des arbitrages d’une Unité de compte à l’autre. Il sera ainsi décisif de pouvoir bénéficier d’une offre large et évolutive des Unités de compte proposées.

 

Les frais du contrat d’Assurance-Vie sont aussi un critère de choix

Chaque compagnie d’assurance établit une grille de frais dégressive selon la taille de l’investissement. Dans le cadre de la législation anglaise, les frais seront clairement identifiés avant la souscription du contrat ; il s’agira de frais initiaux de mise en place ainsi que des frais annuels administratifs de la compagnie. Lors d’opérations de gestion effectuées au cours de la vie du contrat, telles que l’arbitrage d’unités de compte ou la conversion de devises, la compagnie prélèvera également des frais administratifs. Dans le cadre de la législation anglaise, tous les frais perçus par la compagnie d’assurances ne rémunéreront que cette dernière et ne rémunéreront en aucun cas un conseiller intermédiaire.

 

La gestion administrative du contrat est un critère important 

Il s’agira autant de l’efficacité administrative et de la réactivité des équipes de la compagnie, qui sont essentielles lors d’une opération de gestion du contrat, que du nombre de segments offerts par ledit contrat.

Un contrat de droit anglais est composé d’une série de segments de contrats juxtaposés et c’est grâce à cette série de contrats que l’optimisation fiscale peut être effectuée en cas de rachat partiel du contrat ou de donation d’un segment à un enfant majeur par exemple. Selon les compagnies, le nombre de segments peut varier de 20 à 1 200, ce qui peut, en fonction de la taille de l’investissement, avoir un effet favorable ou défavorable sur sa gestion future.

Chaque investisseur selon son profil, favorise l’un des critères, ce qui orientera son choix vers une compagnie d’Assurance-Vie ou une autre. C’est la diversité de l’offre qui fait la richesse du marché dont on ne peut que se réjouir.

Les informations de cet article ne constituent en aucun cas un conseil financier. Nous vous invitons à prendre contact avec un conseiller financier si vous souhaitiez discuter de votre situation personnelle.

 

Bérangère Hassenforder
berangere@altyxfp.com

 

* chiffre donné par la Fédération Française de l’Assurance