Cécile Faure | Décembre 2018 |

Credit photo: Charlotte Langnier

La scène se déroule dans le gymnase de L’Ecole de Battersea. Une bonne cinquantaine d’enfants, dont le plus vieux n’a probablement pas 10 ans, encombre la moitié de l’espace. Bien coiffés et endimanchés dans leurs uniformes, ils sont soit assis soit à genoux, soit en transition entre les deux positions. Malgré tout ils sont relativement sages pour des enfants de cet âge. Les maîtresses et maîtres ont trouvé place sur des bancs alignés le long des murs de part et d’autre. Tous attendent que le spectacle commence.

 

Un étrange dispositif composé de deux fauteuils roulants reliés par une barre en acier fait face à ce public impatient. Les acteurs du spectacle à venir sont tous en place. Le silence obtenu, l’organisatrice de l’événement, Annaïck Dulac, maître d’arme et fondatrice de l’école Escrime Academy, prend parole pour nous les présenter : Claude Haller, Maître d’arme et épéiste ; Maître Jean Deleplanque et Maître Michel Perrin, tous deux grands noms de l’escrime française, entraîneurs d’athlètes d’élite et olympiques, et particulièrement impliqués dans la formation des sportifs handicapés ; et Gemma Collis, athlète paralympique de renom, plusieurs fois médaillée d’or. C’est elle que tous sont venus voir.

 

Gemma Collis est une jolie jeune femme arborant un franc sourire et une épaisse tignasse aux boucles blondes serrées. Elle est assise, dans un fauteuil roulant, amputée juste en dessous du genou droit. Elle porte sa tenue d’escrime, prête à en découdre avec sa jeune adversaire du jour. Dans l’assistance, les enfants ont les yeux rivés sur elle, fascinés par son handicap et curieux de comprendre comment on peut faire de l’escrime ainsi. Eux même s’entraînent à l’école et savent comme il est compliqué de croiser le fer.

Maître Deleplanque explique ce qui se déroule devant nos yeux. Parce qu’on ne tire jamais avec les prothèses, Gemma retire la sienne et s’installe dans le fauteuil de combat qui fait face au jeune public et ajuste un tablier isolant pour protéger le bas de son corps et le fauteuil. L’assaut se fera à l’épée. On ne peut toucher qu’au dessus de la ceinture. Le combat dure cinq touches. Maître Deleplanque rappelle que le français est la langue officielle de l’arbitrage en escrime. Les adversaires touchent mutuellement leur plastron du bout de leur épée pour vérifier que la distance est la bonne et que l’appareil électrique qui enregistre les touches fonctionne bien. Un son strident retentit. Tout est prêt.

 

Bien que les adversaires soient assises, les assauts sont d’une grande rapidité, requièrent agilité et endurance. Chacune se retient à l’accoudoir monté à cet effet derrière elle. Maître Perrin arbitre et analyse à haute voix, détaillant les assauts. Les enfants applaudissent et ne peuvent

retenir les élans d’admiration. A l’issue du dernier combat, nos deux escrimeuses retirent leurs masques. Toutes deux  sont essoufflées et en nage. On devine alors que la joute a été beaucoup plus éprouvante qu’il n’y paraissait. Maître Perrin nous dévoile un secret : « La décontraction est la clef du succès ».

 

Gemma Collis reprend place dans son fauteuil, ne remet pas sa prothèse, se rapproche de son auditoire et prend la parole. Elle nous raconte son histoire, leçon de résilience à toute épreuve.

 

Gemma Collis s’est découvert une affinité pour le sport dès son plus jeune âge, en particulier pour l’athlétisme et s’est rapidement spécialisée dans l’épreuve de triple saut. A l’âge de 15 ans, alors qu’elle participe à une compétition, elle se blesse la cheville lors de la réception d’un saut. La douleur est si grande qu’elle consulte un médecin. Les mois passent mais la douleur persiste. Elle consulte de nouveau et un an et demi après son accident le diagnostic tombe : algodystrophie sympathique réflexe. Il s’agit d’un disfonctionnement de ses systèmes nerveux et immunitaire entrainant une douleur extrême et permanente dans le membre affecté par un traumatisme. Gemma refuse alors de se plier au dogme de son corps et choisit l’amputation.

 

Si pour beaucoup la conséquence aurait été de se replier sur soi-même, Gemma prend le contre-pied et découvre le monde de l’handisport. Personne ne lui dit qu’elle doit renoncer. Bien au contraire, le mot d’ordre est que le champ des possibles est vaste et qu’avec beaucoup d’entrainement et une grosse pincée de courage il n’y a aucune raison pour ne pas envisager un niveau olympique si elle se donne les moyens.

 

Gemma choisit le basketball ! C’est pendant un entrainement que le cours de sa vie change lorsque quelqu’un qui l’observe vient lui parler de l’escrime. Les dés sont jetés. Gemma se saisit du pommeau qui lui est tendu, et devient en six ans ce qu’elle est aujourd’hui : une athlète accomplie, quatre fois médaillée d’or et paralympique, qui s’entraîne aujourd’hui pour les jeux paralympiques de Tokyo de 2020. Elle représente la Grande Bretagne et s’entraîne avec Escrime Academy sous le patronage de Maître Deleplanque et Maître Perrin venus l’aider.

 

Gemma termine ainsi son discours. Une cinquantaine de petites mains fébriles s’élancent alors vers les cieux, les enfants tous anxieux de poser leur question. Elle y répond avec une grande patience et conclut sur une note sans équivoque :

 

« Always focus on the positive! You can achieve anything as long as you work and give the best of you. »

 

La séance prend fin avec une longue file de petits convertis qui viennent se saisir d’un autographe et toucher la torche olympique apportée par la championne.

 

Aujourd’hui Gemma Collis, également journaliste pour la BBC à Manchester, s’entraîne donc pour les prochains jeux paralympiques. Mais le chemin est ardu, à commencer par celui du financement. Alors L’ECHO Magazine se permet d’ajouter ici les détails pour sa levée de fonds visant à lui payer un nouveau fauteuil d’entrainement (le sien ayant rendu l’âme) et le voyage pour elle et son père qui l’accompagne dans tous ses déplacements. Sait-on jamais…

 

Cécile Faure

 

www.uk.gofundme.com/GetGemmaToTokyo

Au Royaume Uni
www.activityalliance.org.uk
www.paralympics.org.uk

En France
www.handisport.org
www.france-paralympique.fr