| Isabelle Erulin | Mars 2020 |

 

 

Le narcisse est une fleur emblématique de la fin de l’hiver, appréciée pour sa jolie floraison.
Il offre un véritable spectacle en pleine terre dans les massifs, devant des arbustes ou en tâches dans le gazon. Il peut aussi être planté en pot ou utilisé en fleur à couper.

 

Présentation

Très faciles à cultiver, les narcisses sont des plantes à bulbes qui refleurissent fidèlement chaque année. Les fleurs ont une coupe en trompette plus ou moins développée, appelée couronne, entourée de six pétales formant la corolle. Les fleurs peuvent être solitaires ou non, simples ou doubles et sont souvent odorantes. La couleur de base des narcisses varie du blanc au jaune. La couronne peut être plus foncée : jaune, saumonée, ou orange. Les floraisons s’échelonnent selon les variétés de fin février pour les plus précoces jusqu’à mi-mai pour les dernières. Quelques espèces toutefois, comme Narcissus serotinus et N. viridiflorus, sont à floraison automnale.

Les tiges sont creuses et le feuillage caduc, vert bleuté, linéaire, se développe en même temps que les fleurs.

Les narcisses sont peu exigeants quant à la qualité du terrain. Toutefois, ils craignent les situations trop humides en hiver et préfèrent les sols bien drainés. Très résistants au froid, ils sont dits rustiques, mais certaines espèces demandent une protection hivernale (N. jonquilla).

Attention : le narcisse jaune est très toxique en cas d’absorption. Il contient des saponines et des alcaloïdes toxiques qui peuvent déclencher des troubles digestifs, nerveux et cardiaques.

 

De nombreuses variétés

Les narcisses sont cultivés depuis longtemps sous leur forme naturelle ou hybride. Ils ont été multipliés, créant ainsi une grande confusion dans la classification. On estime le nombre d’espèces de 35 à 70 selon les auteurs.

Ce genre se divise en deux catégories selon que la tige porte une ou plusieurs fleurs :

  • Narcisses uniflores

– L’espèce la plus connue est N. pseudonarcissus, ou narcisse trompette. Elle se caractérise par des feuilles linéaires et des fleurs jaunes solitaires. Appelé « jonquille » dans le nord de la France et en Belgique, le narcisse trompette est souvent confondu avec une autre espèce, N. jonquilla, originaire de la péninsule ibérique et qui est botaniquement parlant, la « vraie » jonquille (voir ci-dessous).

– N. poeticus ou narcisse des poètes. Indigène, ces petits bulbes émettent une seule fleur à périanthe blanc pur, et corolle marginée de rouge orangé au parfum subtil.

  • Narcisses pluriflores

– N. jonquilla : C’est la vraie jonquille sauvage. Elle tire son nom de ses feuilles très pointues qui rappellent celles du jonc. Originaire d’Espagne, elle est peu rustique, d’où la nécessité de pailler les touffes en hiver sous nos climats. Deux fleurs au plus par tige, pétales souvent plats, larges, arrondis et jaunes.

 

Plantation et entretien

Vous trouverez toujours un endroit au jardin pour installer vos narcisses. Les sujets de petite taille seront parfaits dans les bordures en compagnie de muscaris ou de jacinthes. Sur une pelouse, ils sauront aussi faire leur effet, donnant une note champêtre à l’ensemble. Très vite, ils se naturaliseront pour former de véritables tapis fleuris.

Au sein des massifs, les grands narcisses créent la surprise au premier plan d’arbustes, ou en compagnie de vivaces qui bientôt fleuriront à leur tour.

En automne, plantez les narcisses au soleil ou à la mi-ombre dans un sol bien drainant. Groupez-les par dizaines au même endroit afin de créer de véritables tâches de couleur !

Respectez un espacement de 5-10 cm entre chaque bulbe et une profondeur du trou d’environ 3 hauteurs de bulbe.

Les premières pousses de feuille peuvent sortir de terre au début de l’hiver, mais ne craignent pas le gel. Après floraison, supprimez les fleurs fanées afin d’éviter la formation de graines, qui épuise le bulbe. Le feuillage ne doit être coupé que lorsqu’il est totalement sec, une fois que le bulbe aura reconstitué ses réserves.

Ce sont là les seuls soins à apporter. Laissez les bulbes en terre, ils se multiplieront comme le font les plantes vivaces, vous donnant chaque année de plus en plus de fleurs.

Pour ceux qui n’ont pas la chance de posséder de jardin ni même de balcon, sachez que le narcisse peut très bien être cultivé en intérieur. Plantez-les en pot dans un mélange de terreau et de gravillons et ne laissez jamais d’eau stagner dans les soucoupes. Veillez  également à ce que les bulbes ne se touchent pas. Placez le tout dans un endroit frais et obscur. Dès que les feuilles sortent, placez le pot dans un lieu lumineux et un peu moins frais (environ 10-15˚C). Quelques jours plus tard vous pourrez les mettre dans votre salon pour profiter de la floraison.

Le narcisse est très résistant et rarement malade. En effet, les limaces et la pourriture sont ses deux seuls éléments nuisibles. La limace apprécie de manger ses fleurs. Aussi, vous pourrez dresser des barrières naturelles avec du marc de café, des coquilles d’œufs pilées ou de la sciure de bois autour des plants. Les pièges à bière sont également d’une efficacité redoutable. En ce qui concerne la pourriture, il faut souligner que le bulbe tend à se ramollir si l’humidité est trop importante. De plus, vous constaterez un feutrage gris apparaissant au niveau des fleurs et des feuilles. Il faudra alors ôter tous les bulbes atteints. Évitez de placer de nouveaux bulbes au même emplacement.

 

Reproduction

La meilleure solution pour multiplier le narcisse est la division des touffes. Attendez que le feuillage soit complètement jauni et desséché. Soulevez la touffe à l’aide d’une fourche-bêche. Séparez les bulbes en groupes de 5 ou 6. Démêlez soigneusement les racines en évitant de les casser. Replantez immédiatement à un emplacement ensoleillé. Pas besoin d’arroser.

Attention : la division se pratique sur des touffes de 3 à 4 ans.

La multiplication par semis est possible mais extrêmement longue (plusieurs années avant une floraison). Cette méthode est plutôt réservée aux horticulteurs et autres professionnels.

 

Jonquille ou narcisse ?

Utilisé  à  tort  dans  bien  des  cas,  le  terme  de  « jonquille »  définit  en  réalité  une  espèce  bien  précise  de  narcisse.

La  jonquille  fait  donc  bien  partie  du  genre Narcissus,  mais  tous  les  narcisses  ne  sont  pas  des  jonquilles.  Voilà  pourquoi,  il  est  plus  sûr  de  parler  de  « narcisse »  que  de  « jonquille »  en  cas  de  doute!

Les  espèces  sauvages N. jonquilla et N. pseudonarcissus sont  les  seules  concernées  par  le  terme  de  « jonquille »  parmi  les  dizaines  d’autres  espèces  et  cultivars.

 

Isabelle Erulin
www.les-pouces-verts.com

 

Bon  à  savoir  :  ne  mélangez  pas  les  narcisses  avec  d’autres  fleurs  coupées  dans  un  vase  car  leurs  tiges  possèdent  une  substance  qui  s’étend  dans  l’eau  et  risque  de  faire  faner  rapidement  les  autres  fleurs.