| Dr Caroline Pontvert | Mai 2020 |

 

masser son bébé

 

La peau est le plus grand et le plus important des organes humains. C’est le lieu de nos premières interactions avec le monde. Le toucher est le premier sens à se développer in utero. Etre touché d’une manière rassurante et aimante libère des endorphines, les hormones dites du « bonheur », si bénéfiques pour notre santé. Poser sa main sur l’épaule de celui qui ne va pas bien ou lui masser le dos si il est douloureux sont des moyens de communiquer l’amour que l’on porte à cette personne et ce sont aussi des actions thérapeutiques.

 

Le toucher nourrissant et le développement émotionnel du bébé

 

Avoir une approche nourrissante des interactions physiques avec son bébé, cela veut dire investir la majorité des contacts corporels avec son enfant comme des moyens de promouvoir l’affection que l’on lui porte, de développer sa sécurité intérieure et de l’aider à réguler ses émotions. Le « toucher nourrissant » (nurturing touch en anglais) promeut le développement d’un système d’attachement secure chez le bébé et dans la relation avec ses parents et forme les bases biologiques de sa future capacité de résilience (capacité pour un individu à faire face à une situation difficile ou génératrice de stress). Voici quelques exemples d’interactions qui incluent ce toucher nourrissant : le peau-à-peau, l’allaitement au sein, le massage des bébés, le portage du bébé dans les bras (plutôt que l’utilisation parfois excessive des portes-bébé mécaniques). Les premières relations d’attachement d’un bébé ont un pouvoir extraordinaire parce qu’elles servent de modèles aux relations futures de la vie de l’enfant. Il est connu que la négligence et l’abus affectifs ont un impact délétère important sur la maturation du cerveau du bébé, et pas seulement sur ses compétences sociales et ses schémas relationnels en développement. Les données scientifiques sur le sujet insistent sur l’importance des premières années de vie comme moment privilégié de développement des connexions nerveuses et des processus cognitifs qui vont sculpter la pensée, les opinions et les interprétations du monde que le bébé devenu enfant puis adulte aura. D’où l’importance pour les parents de faire attention à ne pas précipiter, stresser ou sur-stimuler leur bébé et ainsi augmenter son niveau de stress physiologique et affecter le cerveau de leur enfant en construction.

 

Au début, les bébés utilisent exclusivement leurs corps pour réguler leurs émotions. Ces processus sont activés et stimulés par les soins que leurs parents leur prodiguent. Un bébé qui pleure provoque du souci à ses parents qui, dans cette situation, se sentent souvent anxieux, désarmés voire frustrés. Il faut noter qu’un bébé peut pleurer pour deux raisons. La première est pour communiquer un besoin ou un inconfort : il a faim, il est fatigué, il a froid ou il a besoin d’un câlin. Mais aussi le bébé peut utiliser les pleurs comme un moyen naturel d’apaiser une tension interne. Chaque jour, il tente de comprendre un peu plus le monde qui l’entoure, mais il finit parfois confus, apeuré ou sur-stimulé par tant d’informations. De plus, il peut être frustré dans ses tentatives d’apprendre de nouvelles choses ou de communiquer. Il accumule une certaine tension émotionnelle dans son petit corps, qu’il extériorise au travers des pleurs. Quelque soit l’âge, cela fait toujours du bien de pleurer un bon coup ! Pendant qu’il pleure, le bébé a besoin de proximité avec ses parents et de leur attention, parce que c’est à ce moment là qu’il a besoin de leur soutien pour « traiter » ses émotions et ses ressentis.

 

Aucun bébé ne devrait être laissé seul en train de pleurer ! Un parent peut se sentir impuissant et inutile en câlinant son bébé en pleurs. La réalité est toute autre, en fait à ce moment là il lui prodigue le fameux toucher nourrissant : ce soutien émotionnel dont son bébé a tant besoin pendant qu’il évacue, en pleurant, le stress accumulé. C’est pour cette raison que laisser pleurer un bébé tout seul dans son berceau et le tenir dans ses bras aimants tout en le réconfortant et le rassurant ne sont pas des situations comparables. Tenir un bébé dans ses bras, le cajoler pendant qu’il pleure, sont des manières de lui envoyer le message qu’il n’est pas seul dans la vie. Cela l’aide à construire sa sécurité intérieure et à développer sa résilience et ses aptitudes à s’auto-calmer.

 

Les bienfaits du massage pour bébé

 

Apprendre à masser son bébé, ce n’est pas acquérir une technique. L’important n’est pas de connaitre les gestes de massage. Masser son bébé, c’est un moyen de construire et de renforcer le lien parent-bébé. Les bébés « tombent amoureux » de ceux qui les touchent de cette manière aimante et nourrissante. Les parents développent leur sensibilité grâce à ce médium, ils sont plus à l’écoute des besoins et signaux envoyés par leur bébé. Etre massé ou masser améliore les aptitudes de chacun à profiter du moment présent en pleine conscience (mindfulness en anglais). Quand un parent masse son bébé, il est complètement focalisé sur ses réactions, son sourire, son regard, ses expressions de plaisir et de bonheur. Ce n’est donc pas une bonne idée que de masser son enfant en envoyant des messages avec son téléphone portable ou en appelant quelqu’un : l’activité même perd alors tout son sens. Un bébé a besoin de la pleine attention de son parent quand il le masse, pour se sentir contenu physiquement par les mains – le toucher et psychiquement par l’attention qu’on lui porte. Il peut ainsi « traiter » en toute sécurité et sérénité ses émotions et expériences.

 

L’ocytocine est une hormone sécrétée par le cerveau, qui circule dans tout le corps pendant l’accouchement et l’allaitement. On l’appelle parfois l’ « hormone du bonheur » ou l’« hormone du plaisir » parce qu’elle est produite lors d’un câlin ou d’un orgasme. Cette hormone a aussi un rôle dans les comportements sociaux comme la générosité et l’empathie, elle augmente les capacités de chacun à se connecter émotionnellement à l’autre et à faire confiance. Masser son enfant active la libération de cette hormone chez le bébé et le parent. C’est pour cela que les cours de massage des bébés sont souvent présentés comme des occasions d’établir ou de renforcer les liens parents-bébés.

 

Le massage en général stimule entre autres les systèmes immunitaire, circulatoire et digestif et libère les tensions musculaires. Il développe le sens du toucher, améliore l’intégration sensoriel et participe à la construction de l’image de soi du bébé. Si le parent en profite pour nommer les parties du corps qu’il masse, il va développer les connaissances de son bébé concernant le corps humain. Le massage du ventre a été utilisé par des générations de mamans pour calmer les coliques et les douleurs de constipation. Les gestes de massage ou le « toucher relaxant » (tenir un membre du bébé entre ses deux mains en répétant « relaxe toi » avec une voix douce et en félicitant le bébé quand on le sent moins tendu) soulage et revitalise. Les gestes de massage appris en classe, sont un mélange de mouvements retrouvés dans les massages traditionnels Indiens et Suédois, et incorporent aussi des principes de yoga et de réflexologie. Enfin, le massage des bébés améliore leur sommeil en réduisant l’expression des hormones du stress (cortisol et norépinéphrine) et en libérant des hormones anti-stress (ocytocine et sérotonine).

 

En conclusion

 

Tous les bébés ont besoin de contacts corporels et d’être touchés pour grandir !
Masser est une manière simple pour chaque parent de nourrir sa relation avec son bébé. Il est néanmoins important de respecter le rythme et le droit de refuser du bébé, qui pour de nombreuses raisons pourrait ne pas vouloir être massé à ce moment-là : il dort, il pleure (il est déjà en sur-stimulation), ou simplement parce qu’il n’en a pas envie.
Masser son bébé c’est une occasion de renforcer son lien d’attachement avec lui, les papas ainsi que les frères et sœurs peuvent le faire tout autant que les mamans ! C’est un temps à deux avec le bébé, un temps de qualité, qui ne demande pas plus d’organisation et d’énergie que de vouloir donner toute son attention à son enfant pendant un temps défini, dans le but de se connecter, de renforcer le lien et de se relaxer mutuellement. C’est aussi une chance de découvrir le caractère unique de son bébé  !

 

Dr Caroline Pontvert
Psychiatre généraliste et périnatale

 

 

L'ECHO Magazine : newsletter et abonnement !

Inscrivez-vous à notre newsletter : https://www.lechomagazine.uk/newsletter-echo-magazine/

Abonnez-vous au magazine : https://www.lechomagazine.uk/abonnement/