| Marie Briens | Mai 2020 |

 

S'identifier grace aux nouveaux clubs privés

The Allbright in Fitzrovia. Crédit photo : Allbright Maddox

 

Ils ne se réservent pas à travers une plateforme de réservation. D’ailleurs, ils n’ont même plus de nom. Ils s’appellent souvent la « Kitchen » et sont souvent désignés comme un espace comme un autre, Upstairs, Downstairs ou Ground Floor. Ce sont les restaurants des nouveaux clubs privés à Londres et si vous ne les connaissez pas, vous aurez beau soigner votre présentation, vous perdrez en crédibilité. Et ce n’est pas de crédibilité gastronomique ou de votre statut de foodie dont il s’agit cette fois-ci, juste de crédibilité et d’identité sociale…

 

Des clubs privés engagés

C’est comme ça : aujourd’hui, les enjeux sociétaux ou environnementaux sont tels qu’il ne suffit plus de se dire engagé pour indiquer son niveau de sensibilité citoyenne. Pour être crédible, il est préférable d’affirmer son identité en agissant au sein d’une communauté en accord avec ses valeurs. Et à Londres, ça s’appelle faire partie d’un club privé : mais attention, dans ce contexte, pas n’importe lequel. Depuis quelques mois, Londres assiste à l’émergence d’une nouvelle génération de clubs privés dits engagés, et c’est de ceux-là dont on parle ici.

Par exemple, inutile de vous dire impliqué dans le positive change si vous n’avez jamais entendu parler de The Conduit, ni de vous dire concerné par l’empowerment au féminin si vous ne connaissez pas The Allbright. À moins d’être fraîchement arrivé à Londres, vous ne pouvez pas décemment ignorer l’existence de ces clubs.

 

Des lieux d’inspiration et d’action

Si le développement durable et les causes sociales sont devenus des concepts indispensables à intégrer dans toute stratégie de communication, ici, pas de faux-semblants. Ces valeurs sont la raison d’être et l’ADN de ces clubs. Les membres s’y pressent, non pas pour aller déjeuner ou dîner uniquement au restaurant mais pour faire progresser le monde. On y travaille, on y échange, on y crée et/ou on y soutient des projets. Et si les restaurants n’en sont pas pour autant relégués au second plan, ils doivent naturellement illustrer la mise en pratique des valeurs portées haut et fort par le club.

 

Des clubs & des Chefs et Cheffes engagés

 

THE CONDUIT (Mayfair)

Ouvert depuis le mois de septembre 2018, The Conduit est devenu en moins d’un an, le club de référence pour tous les projets liés aux transformations positives environnementales et sociales. Créé par un avocat des droits de l’homme (et pas l’un des moindres puisqu’il s’agit de Paul Van Zyl ayant joué un rôle central dans la justice post-Apartheid en Afrique du Sud), par un investisseur majeur dans le secteur du développement durable (Rowan Finnegan) et par un directeur associé dans une société d’investissement éthique (Nick Hamilton), le club, qui compte déjà 3100 membres, se veut exemplaire à tout point de vue : parité hommes / femmes dans les instances de direction, des membres et des employés issus de 80 nationalités différentes, des membres de toutes classes d’âge avec une représentation plus significative des 20-30 ans, des partenariats avec des entreprises sociales…Le rapport de la première activité de THE CONDUIT est admirable tant au niveau des ratios qu’au niveau des projets portés (32) et des montants investis (£4,1m).

 

PORTLAND ET CLIPSTONE

Mêmes exigences et même exemplarité au niveau des cuisines : c’est le chef Merlin Labron-Johnson, connu pour son fort engagement social auprès des sans-abris et des réfugiés (et à qui l’on doit le restaurant 1 étoile Michelin Portland et son annexe Clipstone), qui en tient les commandes dans le plus pur respect du développement durable. Les ratios parlent d’eux-mêmes : 72000 kilogrammes de verres économisés en proposant de l’eau du robinet dans des bouteilles recyclées, aucun emballage plastique à usage éphémère, des produits de la mer approvisionnés dans les cuisines en moins de 5 heures, un tiers des fruits et légumes produits au UK, gestion des déchets alimentaires, vins biologiques et biodynamiques… Et ce n’est qu’un bref aperçu car la liste est bien plus longue.

 

THE ALLBRIGHT (Fitzrovia & Mayfair)

Ouvert à Londres en mars 2018, le jour de la fête internationale qui célèbre les femmes, The Allbright (créé par Debbie Wooskow ex-startupeuse et Anna Jones, ex-CEO du groupe média Hearst) est un club privé dédié aux femmes qui met tout en œuvre pour les aider dans leur épanouissement professionnel. Concrètement, en mettant à disposition des espaces de travail, en favorisant les échanges entre membres, en proposant des conférences, des programmes de formation ainsi que des sessions de pitch pour aider les levées de fonds, le club permet à toutes les femmes de mener à bien leur projet professionnel dans un environnement bienveillant. Le succès est tel que The Allbright compte déjà deux localisations à Londres (un club à Fitzrovia, un autre à Mayfair ouvert en mai 2019) sans compter le club d’origine à Los Angeles. Comme les espaces ont été pensés par des femmes pour des femmes, inutile de préciser que la partie bien-être n’a pas été occultée grâce aux salons de beauté, salles de sport et salle de cinéma.

Niveau restauration, c’est la cheffe Sabrina Gidda, connue notamment par le programme télévisé Great British Menu de la BBC, qui dirige les cuisines depuis l’ouverture. Au menu, des produits bio et des repas healthy et gourmands qui semblent ravir autant les membres que leurs invités, hommes ou femmes. Car oui, si l’adhésion au club est réservée uniquement aux femmes, les interactions sociales avec les hommes ne sont pas reniées, bien au contraire ! Les hommes sont les bienvenus à la fois dans les espaces de travail, aux bars ou aux restaurants. Ils composent même une partie des employés AllBright.

 

Les just opened

 

THE WING (Fitzrovia)

Réservé aux femmes actives et aux mamans qui travaillent, toutes catégories socio-professionnelles et nationalités confondues, The Wing milite activement pour la cause féminine aux Etats-Unis. Ouvert en 2016 à New York, le club connait un tel succès qu’il  compte déjà plus de 20 localisations sur tout le territoire américain sans parler des ouvertures prévues au Canada. Londres est le premier et le seul club du groupe outre-Atlantique mais vu le rythme de déploiement des différentes antennes, cela ne va certainement pas durer. Ici, tout comme chez Allbright, on met tout en œuvre pour faciliter l’épanouissement professionnel des femmes sans oublier les mamans qui peuvent compter sur un espace garderie pour prendre soin de leurs enfants.

 

THE SPRING

En cuisine, c’est naturellement une femme, la cheffe Skye Gyngell qui officie après avoir quitté le restaurant Spring de la Somerset House. Rien d’étonnant à cela, hormis ses talents de cheffe étoilée, elle est également reconnue pour son engagement dans le développement durable.

Pas de doute, la décennie qui s’ouvre sera engagée ou ne sera pas. À en croire les dernières ouvertures (The Arboretum pour l’environnement, The Bright pour les vegans pour ne citer qu’elles), il faut avoir foi en l’avenir : le changement positif est définitivement en marche. Et le foodie (parce que c’est quand même ma spécialité) peut se réjouir, car en rejoignant la communauté de WHIIZ PLACES, il se donne toutes les chances d’identifier et d’accéder aux restaurants des chefs et cheffes engagés.

 

Marie BRIENS
Whiiz Places Foodie Club & Events
marie.briens@whiizplaces.com
www.whiizplaces.com

 

 

 

 

L'ECHO Magazine : newsletter et abonnement !

Inscrivez-vous à notre newsletter : https://www.lechomagazine.uk/newsletter-echo-magazine/

Abonnez-vous au magazine : https://www.lechomagazine.uk/abonnement/