| Propos recueillis par Olivier Bertin | Octobre 2020 |

 

Thierry Doré

Bonjour Thierry Doré et merci de bien vouloir te prêter au jeu de questions-réponses. Pour commencer, peux-tu nous parler de toi, de ce que tu fais et surtout de tes liens avec Londres ?

Thierry Doré : Merci à toi Olivier pour cette opportunité de revenir aux sources puisque j’ai en effet vécu à Londres pendant presque sept années. J’étais venu y finir mes études de biochimie au King’s College, suivi de mon épouse Valérie, professeur des écoles à l’école primaire du lycée Charles de Gaulle. À la même période, j’ai d’ailleurs moi aussi mis un pied dans l’établissement en tant que surveillant puis pour y organiser les activités du mercredi après-midi. C’est là que j’ai vu de près ce qu’était une école primaire et que j’ai décidé de changer de métier pour devenir enseignant moi aussi, avant de passer à une direction d’école.

 

Tu te rappelles du business que nous avons créé ensemble il y a 20 ans ? Nous mettions en place des sites Internet pour la communauté française de Londres.

Bien sûr ! Nous pouvons en effet évoquer notre passé commun avec la création du premier site internet de l’Association des Parents du Lycée et de L’ECHO Magazine qui m’ont laissé le souvenir de grands moments de travail et de partage, sans oublier le site des Français de Londres.

Après toutes ces années, tu imagines donc que ce retour aux sources avec la signature à la librairie La Page risque d’être chargé en émotions !

 

D’où te vient le goût de l’écriture ?

Aussi loin que mes souvenirs remontent, j’ai toujours adoré les livres et passer de l’autre côté du miroir s’est fait naturellement dès mes premiers cahiers d’école. L’étape suivante plus longue à venir a été de laisser d’autres yeux que les miens se poser sur mes écrits. Pour tout dire, il a fallu attendre le lycée et même l’université. Je me souviendrais toujours du moment, alors que j’étais encore étudiant, où j’ai appris qu’un magazine national allait me publier !

Ensuite mes études m’ont éloigné de la littérature, puis les enfants et le travail ont pris le dessus et les mois sont devenus des années sans que rien ne se passe jusqu’à ce jour, il y a trois ans, où j’ai allumé mon ordinateur avec la ferme conviction que cette fois je n’avais plus aucune raison d’attendre. J’ai pioché dans ma liste de livres à écrire et j’ai écrit un premier roman qui attend précieusement son heure de gloire dans mon disque dur. Ensuite, j’ai repris une page blanche et j’ai écrit mon premier thriller, Pulsions de Vie.

 

Pourquoi un thriller ?

J’ai grandi au milieu des livres et mes lectures ont toujours été très éclectiques, allant de la littérature du XIXème à la science-fiction en passant par les récits historiques. Pourtant, quelle que soit la période, c’est vers le thriller que mes pas m’ont toujours ramené, peut-être parce que j’aime me faire peur sans risques ou parce que j’aime observer le côté obscur des gens.

Certains livres ou films m’ont marqué. Je me souviens par exemple du livre puis du film Psychose avec ce personnage énigmatique et fascinant de Norman Bates. Comment aussi ne pas citer Stephen King et des livres tels que Shining ou Misery qui eux aussi ont bercé ma jeunesse !

Je dois d’ailleurs avouer que j’adore trembler en plongeant dans l’univers des autres et savoir que les lecteurs de mes livres vont faire de même pour mes personnages m’amuse beaucoup !

 

Peux-tu nous dire si tu as un rituel particulier pour écrire ?

Mes livres trouvent leur source dans des scènes que j’imagine et à partir desquelles je tisse une trame logique de causes et d’effets. Je me demande comment on arrive à une situation et ce qu’il en découle, en allant toujours plus loin jusqu’aux limites du possible ou de l’acceptable.

Pour revenir à la question, la construction d’un livre commence donc par plusieurs mois de puzzle avec la construction des grandes lignes puis des petits détails. Pour Pulsions de Vie, j’ai ouvert un tableau Excel de 90 cases qui constituent autant de chapitres à venir, avec une brève description de ce qui doit s’y passer. Ensuite, parce que j’aime écrire le matin, tous les soirs avant de m’endormir, je lis le contenu de la case suivante et je m’endors en imaginant la scène, en composant des phrases, en écoutant les dialogues… Le lendemain, en me levant, je jette les mots sur mon clavier en suivant tout ce que mon inconscient a rédigé pendant la nuit.

Bien sûr, ce premier jet devra être retravaillé plusieurs fois, mais cette façon d’écrire me surprend par son efficacité. Avec cette méthode, j’ai droit à ma séance de cinéma privé tous les matins.

 

Si je comprends bien tout était prévu avant même d’avoir commencé l’écriture du premier mot ?

Oui et non. J’avais une première trame et je connaissais la fin mais j’ai dû m’y reprendre à 21 fois pour aboutir au livre fini ! Parfois les personnages m’ont obligé à changer telle ou telle partie parce qu’ils avaient dévié du chemin que je leur avais tracé.

 

Quelles ont été les premières réactions des lecteurs de Pulsions de Vie ?

Mes tout premiers lecteurs ont été mes enfants et mon épouse ainsi que quelques amis et j’avoue que j’appréhendais leurs réponses car je voulais être certain de les faire plonger dans l’intrigue tête la première. Je voulais m’assurer aussi que je les menais en bateau jusqu’au bout et leurs réactions m’ont porté jusqu’au dénouement.

L’étape suivante, après la sortie en librairie m’a permis de voir à quel point Simon, Jahia et les autres personnages avaient pris vie dans la conscience collective. Parler d’eux comme s’ils existaient me surprend d’ailleurs encore aujourd’hui. Les réactions parfois viscérales ou chargées d’émotions me laissent penser que j’ai réussi mon pari de faire vivre une aventure à mes lecteurs. Partager des souvenirs communs à partir d’une fiction est pour moi une récompense à laquelle je ne m’étais pas préparé et même si chacun des lecteurs a une vision légèrement différente, je ressens dans leurs paroles tout ce qu’ils ont enduré en suivant les traces de mes pauvres personnages !

 

Es-tu sur un autre projet ?

Oui, je suis en train d’écrire un autre thriller avec de nouveaux personnages que j’ai placé dans un huis clos. Cette fois, j’ai choisi d’emmener tout le monde à la campagne !

Je suis aussi sur un projet totalement différent puisqu’il s’agit d’une série humoristique pour le web. Mais je n’en dis pas plus pour l’instant car c’est encore un secret.

Rendez-vous peut-être dans quelques mois…

 

Propos recueillis par Olivier Bertin

 

Pulsions de vie

Pulsions de vie, Thierry Doré, Editions Lucien Souny, collection Plumes noires.

Pulsions de vie est en vente à la Librairie La Page et à l’European Bookshop.